Skip to main content

Full text of "Annual report / Rapport Annuel 1989"

See other formats


ee 
FPATA 
De 


CERTES HIPL 
A y Ne ay as Race 
PAR A ree Ce AR 


ve 


eons 
Pe 


2 
LA LT; rg 
Be a ieee é 
AOPANECODET: Renee fe 
PEP OE ELL CAR ay PCR SO me 
ACTA A EAN by rt ae 
CP EOTT Tate hg " ? ‘ 
Ate fe 


ne 
Ag UE De 
AOA RUN 
PMP ARE # 
RÉEL NON 
DL vaya 
mark RUES à men's OU LUE. 
Ay me LA che i 
ere Ae om 
raw 


Vas 
ytd 
“yn ey va 
Fi 74 a à Ie 
un tA À 


VETE 


DOUCE 


vis ee 
oe 


ARE DE 


Ne 
EE E 


ea 


PPA 
RS 
Bee REA | 
Ar 


EE 


as 
ap 


SÈ 


Hye 
219kN oa 
tes ¢ 


VI 
rai 


AE pie 
ae ’ phere bp, 
A : 4) Fp ate pie nerd 
A DOE] » 4 
bar Eee ¢ $ 


ONE PORN 


D ME HS 0 } i j atte jo. haga, ns À ed 
vi : yi yt i 1 PAL CORRE 
1 BAA A NEA i otre Beis 
; i ” 5 3 “ a heen 2 Bl da A À YOUR ES 
fr fit utd RAP etd deg ite ARR AE 
ae Pre Herr ee AA kat ica 
ie ; i ha 5 RSS pr age ee 
vo a eee ef: ‘ SPL" Foor fare o Ge LELS 
Bnet ae 2 PSS RAA ee rey, 
$ #3 CR F r 3 Skiers ery 9: 
PR eM eA 4 f' LCR PES 
DORE CUIR ROLE) 
Pe ce ee Fh Pea ee 
thei das HN 1,174 


#2 ERA RE peal. 
“pe Bi 
+ if En RS sr 
it ay # Perdre LOU 
” f POUCES PLUIE ENT EN 


foo rey 
oS ie 








= 
am . 
- + a 
Lak ee 
si 2 Ps. 4 





Annual 
Report 


1989 








Workers’ Compensation 


Appeals Tribunal 
Tribunal dappel 


des accidents du travail 








ANNUAL REPORT | 


1989 


505 University Avenue 

7th Floor 

Toronto, ON 

M5G 1X4 

(416) 598-4638 FAX: (416) 965-5134 
ISBN: 0833-5451 


© Ontario Workers’ Compensation Appeals Tribunal, 1990 


‘wool 


‘ee 


> HOT. JAU W 





REA OATIL 0. 


cout chee noise 
a Cp 

à = = ¥ 

>” on 

+ 48 RES 





TABLE OF CONTENTS 





INTRODUCTION 


THE CHAIRMAN’S REPORT 


THE TRIBUNAL’S PERFORMANCE: CHAIRMAN’S ASSESSMENT 


BILL 162 AMENDMENTS: TRIBUNAL IMPLICATIONS 


SECTION 86n AND THE FINAL-SAY ISSUE 
HIGHLIGHTS OF THE 1989 CASE ISSUES 
Pension Assessments 
Pension Supplements 
Transitional Supplement Provisions in BilL 162 
Earnings Base 
Occupational Disease 
Occupational Stress 
Chronic Pain and Fibromyalgia 
The Relationship with the Ombudsman 
The Compensable, Work-injury Relationship 
Other 
JUDICIAL REVIEW ACTIVITY 
THE TRIBUNAL REPORT 
VICE-CHAIRMEN, MEMBERS AND STAFF 
THE APPEALS PROCESS 
Receipt of Appeals & Intake Processing 
Pre-hearing Processing 
Scheduling of Hearings 
Hearings 
Post-hearing Processing 
Decision Writing 
Decision Release 
INFORMATION DEPARTMENT 
Library 
Publications 
PAY EQUITY 
FINANCIAL MATTERS 


Or ico NI SIN Gy MOTORS (aa: > 


SS St Ss 
nf SS CO CO ASS SP ay eyo) 


MS) Sy SIN SS See 
OR COC) CO NI GOn BEG) 





APPENDICES 





APPENDIX A 
STATEMENT OF MISSION, GOALS AND OBJECTIVES 24 
APPENDIX B 
VICE-CHAIRMEN AND MEMBERS ACTIVE IN 1989 31 
TREND ANALYSIS — INCOMING CASELOAD VS TOTAL CASE INVENTORY 3 
THE APPEALS PROCESS 12 
INCOMING CASELOAD BY TYPE FOR 1989 14 
1989 INCOMING CASELOAD BY TYPE 15 
REPRESENTATION PROFILE FOR DECISIONS RELEASED IN 1989 16 
DISPOSITION OF CASES IN 1989 hz 
COMPARATIVE CASELOAD STATISTICS 18 
STATEMENT OF EXPENDITURES 22 


aS ae 





INTRODUCTION | 


ie Workers’ Compensation Appeals Tribunal is a tripartite tribunal established 
in 1985 to hear appeals from the decisions of the Ontario Workers’ Compensation 
Board. It is a separate and self-contained adjudicative institution, independent of the 
Board. 


This report is the Tribunal Chairman’s and the Tribunal’s annual report to the Minis- 
ter of Labour and to the Tribunal’s various constituencies. It describes the Tribunal’s 
operational experience during the reporting period and covers particular matters 
which seem likely to be of special interest or concern to the Minister or to one or 
more of the Tribunal’s constituencies. The reporting period for this report is the 1989 
calendar year. 


This is the first annual report to be titled “Annual Report”. Its three predecessors, dis- 
tinctively titled because of their special role in recording the Tribunal’s formative 
years, were the “First Report”, the “Second Report” and the “Third Report”. They 
cover respectively the periods of October 1, 1985, to September 30, 1986; October 1, 
1986, to September 30, 1987; and the fifteen month period from October 1, 1987, to 
December 31, 1988. 


This Annual Report comprises, in effect, two reports: The Chairman’s Report and the 
Tribunal Report. The Chairman’s Report reflects the personal observations, views 
and opinions of the Chairman. The Tribunal Report covers the Tribunal’s activities 
and financial affairs, and developments in its administrative policy and process. 





THE 





COA 
REPORT 





THE TRIBUNAL’S PERFORMANCE : 
CHAIRMAN’S ASSESSMENT 


FE Tribunal’s Statement of Mission, Goals and Commitments adopted by the 
Tribunal in 1988 and reproduced as Appendix A to the Third Report and again as 
Appendix A to this Report continues to represent the criteria of performance which 
the Tribunal believes to be appropriate. I am satisfied that throughout 1989 the 
Tribunal successfully performed its Mission and made significant strides towards 
meeting its Goals, while continuing to be faithful to its Commitments. 


The Tribunal’s production goal is stated in the Statement of Mission, Goals and Com- 
mitments as: “...a total case turnaround time from notice of appeal or application to 
final disposition that averages four months, and in individual cases, unless they are 
of unusual complexity or difficulty, does not exceed six months.” 


The turnaround times are steadily improving. The reporting year saw the implemen- 
tation of the restructuring approved at the end of 1988 and described in the Third Re- 
port together with other re-organization and process adjustment devoted particularly 
to decreasing the time the Tribunal spends, on average, during the pre-hearing pre- 
paration of each case. These efforts were complicated by personnel and administra- 
tive changes in the Tribunal Counsel Office and in Intake, and the full benefit was 
only beginning to be felt at the end of the year. 


Nevertheless, in 1989 about 200 entitlement cases were completed from start to finish 
within roughly the four-month period, and the average turnaround time for deci- 
sions released in 1989 is substantially improved. 


The continuing improvement in the Tribunal’s overall production times may be seen 
in broad terms from the graph on the next page showing for each year since 1987 the 
total of new cases received during the year and the total case inventory as of the end 
of the year. The graph shows that the total case inventory at the end of 1989 is about 
60 per cent below what it was at the end of 1987. Since the number of new cases re- 
ceived each year has remained relatively constant, this reduction is mainly reflective 
of improvements in the Tribunal’s efficiency. 


Out-of-Toronto cases present special difficulties as far as turnaround times are con- 
cerned by virtue of the impracticability of every-day scheduling of out-of-Toronto 
hearings and, as we now appreciate, limitations in the advocacy resources available 
in out-of-Toronto locations. As will appear from the report on the Tribunal’s 
scheduling activities, we continue to experiment with various different strategies for 
improving the out-of-Toronto turnaround experience. 


Whether with existing resources, and without sacrificing the quality of decision- 
making, it will in the end prove, in fact, to be possible to achieve a four-month, over- 
all average turnaround time still remains unclear. We will be in a better position to 
answer that question by the end of 1990. 


~ 


TREND ANALYSIS 


Incoming Caseload vs Total Case Inventory 











2.2. wn 
& 
21 - 
| 
2 
3 eo 1.9 - 
a 
o 1.8 
ze Len 
E A! 
EF 1.7 ~ 
= 8 
1.6 a 8 
is 
1.5 - 
1.4 
43 ——  —_— — - = 
1987 1988 1989 
Year 
M incoming Caseload € Total Case Inventory 


The Tribunal’s 1989 turnaround performance is to be assessed in the context of a year 
in which the Tribunal received 1,600 and disposed of 2,000 appeals or other types of 
applications including 1,125 by fully reasoned, written decision reached after full 
hearings. 


Iam especially pleased, as well, to be able to report that the Tribunal’s turnaround 
performance in the particularly important area of decision-writing has consolidated 
the major 1988 improvement and produced even better decision-writing times in 
1989. The details in this respect will be found in the Tribunal Report dealing with the 
Appeals Process. 


BILL 162 AMENDMENTS : 
TRIBUNAL IMPLICATIONS 


In assessing the Tribunal’s performance and gauging its ability to meet and sustain 
adequate standards of production, it is naturally necessary in this 1989 Annual Re- 
port to take account of the Bill 162 amendments to the Workers’ Compensation Act 
enacted just as 1989 came to a close. The reliability of my previous observations con- 
cerning the Tribunal’s capacities are, of course, implicitly conditional upon the addi- 
tional resources that will be needed to deal with what seems likely to be substantial 
additional burdens. 


It is impossible at this point in time to estimate with confidence the full extent of Bill 
162’s ultimate impact on the Tribunal’s workload. However, there can be little doubt 
that the impact will be substantial. 


To begin with, appeals under the return-to-work part of the new legislation present a 
completely new jurisdiction for the Tribunal in which, ultimately, the number of ap- 
peals seems potentially very high. And while at this stage, the workload implications 
of the introduction of the wage-loss pension provisions are not as clear — these provi- 
sions replace existing provisions and from a workload perspective are likely to cut 
both ways — it is reasonable to expect that those changes too will ultimately produce 
a substantial net increase in the Tribunal’s workload. 


The four separate decisions that will now be required in every case of permanent par- 
tial disability seems likely, for instance, to be the source of significant increase in the 
number of appeals per case overall. I refer to the non-economic lump sum determina- 
tion, and the first, second and final decisions on the wage loss, each of which is ap- 


aoe 


pealable. Furthermore, the value of what is at stake in individual appeals has been in- 
creased on average, since, under a wage-loss system, a higher proportion of appeals 
may be expected to at least potentially involve claims for full pensions. Accordingly, 
it may be anticipated that a higher proportion of claims rejected by the WCB’s Hear- 
ings Officers will now be appealed. 


It is also clear that the Tribunal will have to respond particularly quickly to the Bill 

162 cases. This need is especially evident with respect to appeals in the new right-to- 

return-to-work cases, but it will also be important in the first round of appeals under 

the new wage-loss system for compensating permanent partial disabilities. The | 
orderly development of that new system will depend on expeditious handling of the 
interpretation issues in the early cases. 


The strategy the Tribunal has adopted for dealing with what Bill 162 will send its 
way, is to lay the groundwork in the next few months to accommodate a rapid 20- 
per-cent increase in the Tribunal’s resources as soon as the first wave of Bill 162 cases 
begins to take shape. We propose to then work with those resources until we can 
make a realistic assessment of resource needs based on the developing experience. 


SECTION 86n AND THE 
FINAL-SAY ISSUE 


As was noted in the Third Report, as of the end of 1988 the key issue as to the ulti- 
mate effect of the WCB Board of Directors’ powers under section 86n of the Act had 
yet to be addressed. 


Decision No. 42/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 85, is the first decision in which the Tribunal 
was called upon to consider the final-say issue. In that case, the outcome depended 
on whether or not the Tribunal followed the Board of Directors’ decision in its sec- 
tion 86n review of Decision No. 72 (1986), 2 W.C.A.T.R. 28. (I will hereafter refer to a 
Board of Directors’ 86n decision as an “86n review decision”.) The issues of policy 
and general law dealt with in that review decision were the interpretation of the 
statutory definition of “accident” and the applicability of the section 3(3) presump- 
tion. (This is the only 86n review decision to have issued by the end of 1989.) 


The specific question for the Decision No. 42/89 Panel was the effect on subsequent 
Tribunal decisions of a Board of Directors’ decision in an 86n review of a prior 
Tribunal decision. However, in considering that question, the 42/89 Panel felt that it 
was also important to first consider the effect of such a decision in the case in which 
it is made. 


In a majority decision, the Tribunal indicated in Decision No. 42/89 that as long as a 
Board of Directors’ 86n review decision was properly authorized by the terms of sec- 
tion 86n and was not beyond the Board’s jurisdiction by reason of being patently un- 
reasonable, it was by law binding on the Tribunal in the case in which it was made. 
The 42/89 Panel decided, however, that an 86n review decision in one case was not 
binding in subsequent cases. In subsequent cases, the Tribunal was obliged to treat 
such decisions with deference and to follow them unless there were very compelling 
reasons not to do so, but it was not bound by the decision. 


In Decision No. 42/89 itself, the Tribunal concluded that, in respect of the definition of 
accident and its impact on the applicability of the presumption clause, the Board of 
Directors’ review of Decision No. 72 and the Tribunal’s Decision No. 72 itself were both 
so clearly wrong, to such substantial effect, that notwithstanding the deference intrin- 
sically owed to an 86n review decision it was the Tribunal’s duty in this case not to 
follow either decision. 


The question of whether or not to subject Decision No. 42/89 to a section 86n review 
was considered by the Board of Directors at its meeting on November 10, 1989. At 
that meeting, the Directors decided not to review the decision. For the time being, 
and pending the receipt of further decisions from the Tribunal on these issues, the 
WCB's staff were directed to implement the Tribunal’s order in Decision No. 42/89, 
but to continue to administer the definition of accident and the applicability of the 
presumption clause in accordance with the Board of Directors’ decision in its review 
of Decision No. 72. 


The Directors also directed the Board’s staff to conduct a general review of the 
Board’s policies concerning the determination of entitlement to benefits in respect of 
workers’ deaths from unknown or uncertain causes in employment circumstances — 
the problem with which the Tribunal had been faced in Decision No. 42/89. 


The effect of the Board’s decision not to review Decision No. 42/89 is that for the time 
being the Board’s adjudicators will continue to apply the interpretation of accident 
approved in the Directors’ review of Decision No. 72, while the Tribunal may well 
follow the interpretation in Decision No. 42/89. Fortunately, the nature of the issue is 
such that not many cases will in fact be affected by this difference, but it is not a situa- 
tion that should continue indefinitely. 


It is my own view that the Board of Directors is right to confine the cumbersome and 
onerous 86n procedure to the business of resolving issues of major importance be- 
tween the Board and the Tribunal only at the point where a full understanding of the 
nature and dimension of the issue has developed and the possibilities of reconciling 
or eliminating the conflict between the Tribunal and the WCB by other means or 
through other processes have been exhausted. It is that view of 86n which I take to be 
reflected in the Board of Directors’ decision not to review Decision No. 42/89 at this 
time. 


It should be noted, of course, that the decision not to review Decision No. 42/89 has 
also postponed the occasion for the Directors themselves to decide whether in their 
opinion section 86n ultimately gives the final say to the Tribunal or to the Board of 
Directors. 


HIGHLIGHTS OF THE 1989 
CASE ISSUES 


The Third Report provided a sample of some of the important issues — legal, factual 
and medical — addressed by the Tribunal in 1988. The following is intended to up- 
date some of those issues and note a few new ones encountered in 1989. They are pre- 
sented in no particular order of importance. Unfortunately, it is impossible in a 
report of this size to do more than highlight a few areas. 


PENSION ASSESSMENTS 


Tribunal panels are continuing to gain experience in the difficult area of pension 
assessments. The Tribunal’s general approach to pension assessments and use of the 
rating schedule remains the same. 


While the Tribunal often accepts the expert views of the Board’s evaluation teams, 
the Tribunal has undertaken its own pension assessments in a number of cases where 
there was important new medical evidence, or where an aspect of the disability had 
not previously been assessed by the Board. For example, in Decision No. 172/89 (1989), 
11 W.C.A.T.R. 292, the Tribunal accepted the report of a senior psychologist which 
suggested that further tests should have been performed and awarded a pension for 
the worker’s impairment of cognitive function which had not previously been 
assessed. 


=5e 


In several cases, the Tribunal has determined that a different benchmark from that ap- 
plied by the Board more accurately reflected the worker’s impairment of earning 
capacity. See Decision Nos. 407/88 (1989), 12 W.C.A.T.R. 30 and 31/89 (1989), 10 

W.CA TR 301 


In other cases, the Tribunal has found that it was more appropriate to refer the pen- 
sion assessment back to the Board, and direct that it be carried out again in light of 
the Tribunal’s findings. 


The compliance with the requirements of the Act of the Board’s policy on compensat- 
ing multiple injuries (or entitlement to a “multiple factor” as it is sometimes called) 
has also been raised in a few cases. See Decision Nos. 831/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 334 
and 412/88 (June, 28, 1989)(Ont. W.C.A.T.). Another interesting case is Decision No. 
275/891 (May 23, 1989)(Ont. W.C.A.T.) which commented on assessments for white 
finger disease. 


PENSION SUPPLEMENTS 


The Tribunal continues, of course, to view the Act as taking individual circumstances 
which affect the impact of an injury on a particular worker’s earning capacity into ac- 
count only through the pension supplements and older worker supplements provi- 
sions — not through the pension provisions themselves. (This will change with 
respect to permanent disabilities covered by the Bill 162 amendments.) 


It now seems to be generally accepted that the Board has at least a discretion — and 
perhaps an obligation — to refuse a vocational rehabilitation supplement where the 
supplement would not have any rehabilitative purpose. An early case to the contrary 
appears now to have been an anomaly. 


Decision No. 915 (1987), 7 W.C.A.T.R. 1 left open the question of whether this analysis 
would also apply to wage loss supplements; however, Decision No. 466/89 (1989), 11 
W.C.A.T.R. 369 held that such supplements were not intended to be permanent and 
also required a rehabilitative purpose. 


The Tribunal has had occasion to consider entitlement to vocational rehabilitation 
supplements in a variety of situations. See, for example, Decision No. 399/88 (1989), 10 
W.C.A.T.R. 205 which dealt with a worker who relocated to an area of high unem- 
ployment to live with her family. Decision No. 375/89 (1989), 11 W.C.A.T.R. 336 distin- 
guished between entitlement to a temporary supplement for vocational rehabilitation 
and to discretionary rehabilitation payments. While a worker may not jeopardize his 
entitlement to a supplement by developing his own rehabilitation programme, he 
cannot demand that the Board pay discretionary benefits toward the cost of such a 
programme. 


TRANSITIONAL SUPPLEMENT PROVISIONS IN BILL 162 


The only provisions of Bill 162 to come into force during 1989 were the transitional 
sections providing for the payment of supplements. Decision Nos. 729/89 (1989), 12 
W.C.A.T.R. 251 and 916/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 279 found that these transitional 
provisions do not apply retroactively. Previously enacted supplement provisions 
have no force or effect after July 26, 1989, but remain in force respecting entitlement 
to benefits accrued prior to that date. 





EARNINGS BASE 


A number of cases have considered how the earnings base for calculating entitlement 
to benefits should be determined. For instance, should tips, bonuses, overtime, and 
employer-paid benefits (e.g., dental plans and free lunches) be included in the calcu- 
lation of the earnings base? And for purposes of the pre-accident earnings calculation 
how should pre-accident lay-off periods for which unemployment benefits have been 
paid be treated? How should supplements paid during make-work programmes be 
treated? See Decision Nos. 934/88 (1989), 11 W.C.A.T.R. 196, 994/881 (1989), 

11 W.C.A.T.R. 210, 994/88 (1989), 12 W.C.A.T.R. 61 and 712/87 (1989), 

12 WGA TORS. 


OCCUPATIONAL DISEASE 


Disabilities arising from exposure to chemicals or work processes continue to be an 
area of particular difficulty from an adjudicative perspective. The Tribunal’s ap- 
proach is to treat such disabilities as compensable where they fall within the 
statutory definition of “industrial disease” and related provisions, or within the dis- 
ablement branch of the definition of “accident”. 


Occupational disease cases are frequently complicated because medical science has 
not advanced to the point where the causes of many diseases are fully known. In 
some cases, it may be impossible for medical science to even investigate the causation 
question because the conditions which are alleged to have caused the disability no 
longer exist and cannot be duplicated. Despite this lack of scientific certainty, the 
Tribunal is still required by statute to make a determination for compensation pur- 
poses. In such cases, a determination must be made on the balance of probabilities, as 
the statute requires. For an interesting discussion of this issue, see Decision Nos. 94/87 
(1989), 11 W.C.A.T.R. 20 and 214/89 (Mar. 22, 1989)(Ont. W.C.A.T.). 


However, it has been held that where the etiology of the disease is entirely unknown, 
the statutory presumptions regarding industrial disease do not apply. In those cir- 
cumstances, the disease also cannot be treated as a compensable disablement, since 
there is no demonstrated connection to the work-place. See Decision No. 328/89 (1989), 
11 W.C.A.T.R. 321. 


OCCUPATIONAL STRESS 


The Third Report noted the difficulties in adjudicating work-place stress claims and 
referred to the two-step inquiry suggested by the majority in Decision No. 918 (1988), 
9 W.C.A.T.R. 48: 


a) Was the worker subjected to work-place stress demonstrably greater than 
that experienced by the average worker? 


b) If not, was there “clear and convincing evidence” that the ordinary and 
usual work-place stress predominated in producing the injury? 


Decision No. 536/89 (Sept. 6, 1989)(Ont. W.C.A.T.) accepted the Decision No. 918 test, 
but found that the worker’s state of mind was not compensable since it was not a 
true psychological disturbance but a reflection of her anger and frustration caused by 
a labour relations problem. 


Decision No. 1018/87 (1989), 10 W.C.A.T.R. 82 reviewed Decision No. 918 in detail and 
interpreted the reference to a “preponderance factor” as a response to the difficulties 
of adjudicating gradual mental stress claims and not an intention to create a higher 

standard of proof. Decision No. 1018/87 took the view that in stress claims, as in other 


claims, the question is whether the evidence is persuasive, on a balance of prob- 
abilities test, that the work is a significant contributing factor to the disability. Apply- 
ing this standard, the Panel found that the stress was not compensable. 


CHRONIC PAIN AND FIBROMYALGIA 


Appendix C to the Third Report reviewed the development of the Tribunal’s and 
Board’s treatment of chronic-pain and fibromyalgia cases in some detail. The Appen- 
dix noted that the Tribunal had not yet had occasion to consider whether the Board’s 
chronic-pain policy complied with the Act and that the Board had not yet completed 
its 86n review of the Tribunal’s chronic-pain cases. This remains the case as well at 
the end of this reporting period. 


The Tribunal has had occasion to consider whether it has jurisdiction to deal with 
chronic-pain claims in cases which have been treated as organic claims by the 
Board’s adjudicators. Decision No. 638/89] (1989), 12 W.C.A.T.R. 221 held that the 
Tribunal has a broad jurisdiction to determine the entitlement to benefits generally 
and that it is preferable to assess entitlement on a “whole-person” basis. In that case, 
evidence of chronic-pain had been before the Hearings Officer and the Tribunal 
Panel concluded that the Hearings Officer decision must be treated as a final decision 
on the non-organic, as well as the organic, aspects. In Decision No. 693/891 (1989), 12 
W.C.A.T.R. 236 the Tribunal found that the fact that a chronic-pain case had been re- 
ferred back to the Board under Practice Direction No. 9 (1987), 7 W.C.A.T.R. 444 did 
not deprive the Tribunal of its jurisdiction to consider the whole person. The fact that 
the Board had developed a new policy which might affect the issue did not retroac- 
tively deprive the Tribunal of its jurisdiction. 


The Tribunal is not required to refer cases which, on appeal, are seen for the first time 
to involve a potential chronic-pain claim back to the Board because of any lack of jur- 
isdiction. However, there may be cases where the Tribunal, in exercising its discre- 
tion to set the issue agenda on the appeal, determines that it is more appropriate for 
the Board to determine the chronic-pain issue first. [See, for example, Decision No. 
501/89 (Nov. 27, 1989)(Ont. W.C.A.T.)] 


The implications and legitimacy of the “special confidence” concept which was 
developed in Decision No. 915 were considered in Decision No. 182 (1988), 10 
W.C.A.T.R. 1. Decision No. 915 stated that, because of the inherent difficulties in as- 
sessing the legitimacy of subjective pain complaints, it is right for adjudicators to feel 
the need for special confidence in the credibility of a chronic-pain claimant. The ma- 
jority in Decision No. 182 denied a chronic-pain claim because on the evidence it 
found it lacked this “special confidence”; however, the dissenting panel member criti- 
cized the concept. 


The Third Report also noted that Decision No. 18 (1987), 4 W.C.A.T.R. 21, which recog- 
nized fibromyalgia as a disabling condition caused by organic pathology which 
could result from an industrial accident, had not been included in the Board’s 86n re- 
view of chronic-pain cases. Instead, the Board undertook a staff review of its policy 
concerning fibromyalgia. Based on the similarities between a diagnosis for fibromyal- 
gia and one for chronic pain, the staff recommended and the Board of Directors ap- 
proved the inclusion of fibromyalgia under the Board’s chronic-pain policy, 
including its policy not to pay benefits prior to July 3, 1987, for chronic-pain condi- 
tions. 


In another case, Decision No. 669/87F (1989), 11 W.C.A.T.R. 54, after reviewing consid- 
erable medical evidence, the Tribunal concluded that there is a pattern of signs and 
symptoms which are sufficiently consistent and clinically distinct to recognize fibro- 
myalgia as a syndrome. It determined that it did not have to decide the appropriate- 
ness of including fibromyalgia in the Board’s chronic-pain policy but that, in any 
event, the retroactivity limit in that policy was not applicable to fibromyalgia. Unlike 


a= 





chronic pain, the Board had previously compensated fibromyalgia on a case-by-case 
basis; evidentiary problems rather than policy reasons had prevented compensation 
in fibromyalgia cases. 


The Board of Directors subsequently agreed with the Tribunal’s reasoning in Decision 
No. 669/87F and made benefits for fibromyalgia fully retroactive. 


THE RELATIONSHIP WITH THE OMBUDSMAN 


_ The Third Report noted that at the end of its reporting period the Tribunal had re- 


ceived the first report from the Ombudsman which supported a complaint. The Om- 
budsman recommended that the Tribunal reconsider a part of Decision No. 95 (1986), 
2 W.C.A.T.R. 61. 


The Tribunal Chairman referred the Ombudsman’s report to a panel, with the re- 
quest that the panel determine whether: 


a) the fact that the Ombudsman had issued a report was in and of itself suffi- 
cient reason for the Tribunal to conclude that it was advisable to re-open a 
decision and embark on a reconsideration of that decision and 


b) if not, whether the content of this report provided sufficient reason to re- 
open this decision for the purpose of considering whether or not it should 
be changed in any particular. If the answer to either of the questions was 
yes, then that Panel was also to conduct the reconsideration of the case. 


The Office of the Ombudsman was invited to participate in the hearings on these is- 
sues, but it declined to do so, as it did not consider itself a party to the Tribunal’s 
process. The worker whose complaint the Ombudsman had, in part, supported, was 
represented at the hearing by a personal representative, not the Ombudsman. 


Decision No. 95R (1989), 11 W.C.A.T.R. 1 determined that the Tribunal’s normal two- 
step reconsideration process should apply when responding to an Ombudsman’ rec- 
ommendation. The Tribunal is required by statute to determine the initial 
“threshold” question of whether it is advisable to re-open a decision for the purpose 
of reconsidering, and it cannot delegate this decision, even to the Ombudsman. The 
Tribunal is also required to provide the parties with a full opportunity for a hearing 
before the Tribunal on this threshold question as well as on the reconsideration itself. 
Since the Ombudsman is a neutral entity, even the party whose complaint has been 
supported may wish to make additional submissions on these issues, as was the case 
in Decision 95R. 


Decision No. 95R also discussed the different standards of review applied by the 
Tribunal as compared to the Ombudsman, and the different interests which each 
have. The Tribunal must consider not only the individual case but also the Tribunal’s 
role in dispensing justice in a large number of cases. Therefore, the Tribunal has a 
high standard for re-opening final decisions for reconsideration. 


The Panel determined that it was not advisable to re-open Decision No. 95, since even 
at face value the factual considerations and arguments presented by the Ombudsman 
and parties did not identify a defect so potentially significant as to justify 
reconsideration. 


THE COMPENSABLE, WORK-INJURY RELATIONSHIP 


As discussed previously, Decision No. 42/89, the first Tribunal decision to address the 
final-say issue, disagreed with the Board of Directors’ views concerning the defini- 
tion of “accident” and the applicability of the section 3(3) presumption clause. Deci- 
sion No. 42/89 was also a case which attempted to reconcile a number of Tribunal 


= 


decisions which appeared to give conflicting interpretations of the presumption 
clause and, in particular, of what standard of evidence is required to rebut the pre- 
sumption of work-relatedness when the presumption applies. The Decision dealt 
with the difficult problem of how to approach the compensability issue in respect of 
a worker found dead, alone at a remote work site where the actual cause of the death 
cannot be determined. 


Issues of work-relatedness may be found addressed in various forms in numerous 
decision issued in 1989, and they are far from being finally resolved. 


The concepts of personal injury by accident in the course of employment and arising out 
of employment continued through 1989 to be particularly troublesome in the face of 
non-straightforward injury circumstances such as fights, drug abuse and the like. 


OTHER 


The Tribunal has also been concerned with a wide variety of other issues, ranging 
from the compensability of on-the-job heart attacks [e.g., Decision Nos. 10/88 (1989), 10 
W.C.A.T.R. 138, 11/89 (Mar. 7, 1989)(Ont. W.C.A.T.), and 42/89], to distinctions be- 
tween independent operators and workers [e.g., Decision Nos. 860/88 (June 20, 
1989)(Ont. W.C.A.T.) and 813/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 269], to the question of 
whether an accident is so remotely connected to the work-place that the worker's 
right to sue is not removed by the Act [e.g., Decision No. 701/88 (1989), 11 W.C.A.T.R. 
150]. 


During this reporting period, there have also been a number of cases dealing with is- 
sues of particular interest to employers [for example, Decision Nos. 845/88 (1989), 11 
W.C.A.T.R. 154, 94/89 (1989), 11 W.C.A.T.R. 260 and 563/87 (Jan. 6, 1989)(Ont. 
W.C.A.T.), which dealt with penalty assessments, and Decision Nos. 131/87 (1989), 10 
W.C.A.T.R. 51 and 234/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 181, which dealt with employer 
classifications]. 


The Tribunal has also had occasion to consider the unique nature of its role as an in- 
vestigative tribunal and to refine its practices and procedures. For example, Decision 
No. 40/87 (1989), 10 W.C.A.T.R. 33 considered limits on cross-questioning where the 
worker-witness suffered from health problems; Decision No. 1248/87R (1989), 11 
W.C.A.T.R. 103 addressed the function and legitimacy of the Tribunal’s three-week 
rule for disclosing documents, and Decision Nos. 355/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 194 and 
580/87 (Dec. 28, 1988)(Ont. W.C.A.T.) considered the applicability of the legal doc- 
trine of issue estoppel to Tribunal proceedings. In the context of considering issues re- 
specting the re-payment of benefit overpayments, the Tribunal has also considered 
the availability under its “real merits and justice” mandate of the doctrine of innocent 
detrimental reliance. See Decision No. 182. 


JUDICIAL REVIEW ACTIVITY 


In 1989, the Appeals Tribunal was served with applications for Judicial Review re- 
garding Decisions Nos. 799/87 (Sept. 3, 1987)(Ont. W.C.A.T.) and 462/88 (Nov. 23, 
1988)(Ont. W.C.A.T.R.). Both cases were section 15 applications. In Decision No. 
799/87, the Tribunal found the worker’s right of action was taken away by the Act. 
This application is still pending. In Decision No. 462/88 , the Tribunal found it did not 
have the jurisdiction to determine whether the right to bring an action in Pennsyl- 
vania was taken away by the Act. The Divisional Court heard this case on February 
7,1990, and dismissed the application stating: 


0 


rr 


We are all of the view that the Appeals Tribunal did not err in concluding that the 
words “in Ontario” are necessarily implied in s.15 of the Workers’ Compensation 
Act. The Appeals Tribunal carefully reviewed the issue in its reasons for decision 
and in our view decided the issue in its reasons for decision and in our view decided 
the issue correctly. There is very little we can add to that decision. 


A Judicial Review application regarding Decision No. 698L (Feb. 17, 1987)(Ont. 
W.C.A.T.), a leave decision, was heard in Divisional Court on January 13, 1989. The 
court dismissed the application stating: 


We do not think the tribunal is compelled to give leave simply because it might have 
come to a different decision. That doesn't necessarily mean there is good reason to 
doubt the correctness of the decision. 


Four other applications for Judicial Review were withdrawn by the applicant in 1989 
[Decision Nos. 510/87 (Apr. 3, 1989)(Ont. W.C.A.T.), 60/88 (Mar. 18, 1988)(Ont. 
W.C.A.T.), 198/88 (Apr. 29, 1988)(Ont. W.C.A.T.), and 199/88 (Apr. 29, 1988)(Ont. 
W.C.A.T.)]. 


In addition to these Judicial Review applications, the Appeals Tribunal was made a 
party to an application to the Supreme Court of Ontario under Rule 14 of the Rules of 
Civil Procedure regarding Decision No. 696/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 308. The deci- 
sion in that case is reported in Re Canada Post Corp and Canadian Union of Postal Work- 
ers et al.; Workers’ Compensation Appeals Tribunal, Intervener (1989), 70 O.R. (2d) 394. 


iff = 


THE 
APPEAL 


PROCESS 


Post-hearing Processing 


Panel 


Post-hearing Co-ordinator 
Medical Liason Officer 
Tribunal Counsel 
Office 








Receipt of Appealand = 
| Intake Processing = = 
EL fre Intake 


= Tribunal Counsel 
Pre-hearing Legal 


Records | 























Pre-hearing Processing —_ 





Workers 
Medical Liason Officer 
| rrr u | Case Description Writers 
Scheduling Hearing Scheduling 
Hearings Panel | 
Tribunal Counsel | 
Pre-hearing Legal 
Workers 
Panel 
Decision Writing = 
Process Counsel to the 
Chairman's 
Office 
Panel | 
Decision Release a 


Information Department 
| 


Special and Administrative Services 


° Computer Services 


¢ Finance and Administration 


¢ French Translation Services 


¢ Information Department 
(Library and Publications) 


e Personnel and Human Resources 


¢ Reproduction and Mail Room 
e Secretarial Services 


® Statistical Servic es 
(Data Processing and Reports) 


¢ Word Processing Centre 


i 


THE 








TRIBUNAL 
REPORT 








VICE-CHAIRMEN, MEMBERS AND STAFF 


es of Vice-Chairmen and Members, senior staff and Medical Counsellors active 
during the reporting period, as well as a record of roster changes, and résumés for 
newly appointed Vice-Chairmen and Members will all be found in Appendix B. 


THE APPEALS PROCESS 


RECEIPT OF APPEALS & INTAKE PROCESSING 


Records 


The Records Centre includes the mail room and copy centre. It is responsible for pro- 
viding administrative support to the Tribunal’s operations. 


In 1989, the Tribunal completed a review of its records system to determine compli- 
ance with the requirements of the Freedom of Information and Protection of Privacy 
Act. The Tribunal is currently considering the recommendations that emerged from 
this review process, including computerizing the records management system, im- 
plementing increased security for personal information and storing file information 
on microfiche. 


TCO/Intake 


A major initiative was undertaken this year to integrate the Tribunal’s Intake Depart- 
ment with the Tribunal Counsel Office. 


The Intake Department, in addition to handling all incoming appeal applications and 
the public’s questions about appeals and about the appeals process, has been re- 
sponsible for all the Tribunal’s “special section” cases. The special section cases in- 
clude Section 77 access to information cases, Section 21 employer requests for 
medical examinations, and Section 15 cases on the right to maintain civil actions for 
damages. These cases constitute approximately 30 per cent of the Tribunal’s incom- 
ing appeals and often involve complex legal questions. 


[his process has been represented graphically as a flow chart on the facing ] 


LE her 


The decision to integrate the two departments, which were formerly separate, was 
based on a desire to provide consistent treatment for all cases as well as speedier pro- 
cessing of cases. Special section cases now receive the same treatment as other cases, 
including the creation of a case description by the case description writers, and pre- 
paration for hearing by the pre-hearing legal workers. The integration was well 
under way by the end of the reporting period. 


Incoming Caseload by Type 
for 1989 


Post Decision Issue 


Cases (13.3%) * <x 





Special Section 
Cases (30.6%) 


Entitlement Cases (56.1%) 


*Post Decision Issue Cases include reconsideration applications, 
Ombudsman's inquires and judicial review cases 


PRE-HEARING PROCESSING 


Tribunal Counsel Office 


The streamlining of the Tribunal’s internal procedures, and the adoption of the aver- 
age four-month turnaround goal for appeals in 1989, has resulted in the restructuring 
of the Tribunal Counsel Office, including the integration of the Intake Department. 
Lawyers in the Counsel office now supervise the special section cases and will con- 
tinue in this role until the process of integration is complete. 


The four-month goal requires that case descriptions be completed in all cases accord- 
ing to a standardized model and within certain time limits. The process of im- 
plementing and integrating the organizational changes that were necessary was well 
under way by the end of 1989. 


Lawyers continue to review the more complex cases to determine whether there is a 
need for additional legal research, factual information, or medical evidence. The 
Medical Liaison Officer (MLO) reviewed about 300 case descriptions in 1989 to assist 
Counsel with the question of whether additional medical information is required, 
and if it is, whether it can be obtained from the treating physician or from a Tribunal 
section 86h Assessor. 


= AN 


1989 Incoming Caseload by Type 


Description 1989 (12 Months) % of Total 
New Cases by Type of Appealt: 


Special section cases: 


S.860 44 OV, 
Sib 89 55 
S.21 66 4.1 
S.77 294 18.2 
Subtotal: 493 30.6 


Entitlement and other cases: 


Pension 39 2.4 
Commutation 35 2.2 
Employer 2 lah 
Entitlement 

and Other 701 43.5 
Subtotal: 803 49.8 


Cases with no jurisdiction: 


Subtotal: 100 6.2 


Total new appeals received 1,396 86:7 


Post-decision issue cases: 





Judicial review 2 0.1 

Ombudsman's request 110 6.8 

Reconsideration 

application 103 6.4 

Subtotal 215 13.3 
TOTAL INCOMING CASES 1,611 100.0 


+ Based on the date of receipt of WCB files. 


SCHEDULING OF HEARINGS 


Beginning in January 1989, the Scheduling Department, under the supervision of the 
Appeals Administrator, moved to a system that includes: 


a) Scheduling cases immediately on completion of the case description so that 
even cases requiring additional pre-hearing work receive a hearing date 
and become “date driven”. 


b) Scheduling cases according to a “modified” consent system, so that cases are 
scheduled as much as possible in accordance with the parties’ convenience 
but in any event within a certain time period. If the parties cannot agree on 
a date, the cases are scheduled at a time convenient to the appellant. 


ARE 


Representation Profile for Decisions 
Released in 1989 








Employer 
Type of Representation Number of Cases Percentage 
Claims Department 18 2 
Consultant 88 7 
Company Personnel 186 16 
Office of the Employer Adviser 60 5 
Lawyer eA 18 
Other 123 10 
No Representation 495 42 
Total: 1,181 100 
Worker 
Type of Representation Number of Cases Percentage 
Consultant 102 9 
Lawyer 246 21 
Member of Provincial Parliament 32 3 
Office of the Worker Adviser 341 29 
Ur 1OF 201 WA 
Other 58 5 
No Representation 201 17 
Total 1,181 100 


The reorganization arising from the move to the four-month average turnaround 
goal generated a one-time “backlog” of cases in scheduling. In June 1989, there were 
525 cases in scheduling; however, by the end of December 1989, that number had 
been reduced to 328 cases. 


In 1989, about 50 per cent of the requests for hearings were for locations outside of 
Toronto. The waiting time for hearings in out-of-Toronto locations is two to three 
months longer than for Toronto hearings. In 1989, the Scheduling Department began 
to address this problem by bringing parties and their representatives to Toronto, if 
they agreed, and by scheduling additional hearings in certain locations. However, at 
the end of the reporting period, parties outside Toronto still waited longer for a hear- 
ing. Because of the projected Bill 162 caseload implications, the Tribunal is planning 
to add additional full-time panels, and it is expected that this development will help 
with the out-of-Toronto caseload. 


The Tribunal has continued to schedule full- and part-time Panels to hear cases. Part- 
time Members participated in approximately 30 per cent of the cases in the reporting 
period. 


Pre-hearing legal workers routinely contact the parties prior to each hearing to en- 
sure that all materials required for the hearing have been provided and that the par- 
ties are ready to proceed. This contact has proved invaluable to the smooth running 
of the hearing process. 


HEARINGS 


The Tribunal scheduled 1,360 hearings in 1989; 1,061 of those cases had an oral hear- 
ing and 102 were considered on written submissions. The continuing strict “no ad- 
journment” policy meant that only 2.3 per cent of cases were adjourned pre-hearing; 
a further small number were settled or withdrawn after being scheduled and prior to 
the hearing; 6.5 per cent were adjourned at the hearing. 


AE 


The Tribunal Counsel Office lawyers attended hearings in about ten per cent of the 
cases. Generally, their in-hearing role was to examine expert medical witnesses and 
to assist the Panels with the legal questions in the more complex cases or in those 
cases that raised novel issues. 


The increasing requests for hearings outside Toronto have been noted above. The 
problem this presents for expeditious processing of cases is not easily resolved. 
Often, there are only one or two worker representatives (usually from the Office of 
the Worker Adviser) availabie for workers in regions outside Toronto, so the answer 
is not simply to schedule more hearings in those locations — the representatives 
would be over-burdened. The strategy of inviting parties and their representatives to 
Toronto (and paying their expenses) is also only of limited advantage: again, the rep- 
resentatives are not always available to spend several days away from their offices. 
Also, OWA representatives handle the WCB hearings as well as WCAT hearings and 
have a heavy caseload in their own locations. 


The Tribunal has taken some steps to provide parties outside Toronto with speedier 
access to hearings — in appropriate cases we bring parties and their representatives 
to Toronto, paying the expenses of the parties and their representatives; in 1989 we 
scheduled additional trips to some locations; and we have arranged conference-call 
hearings in straightforward cases, including those under Section 21 of the Act. The 
Tribunal will continue to explore ways of providing better service in this area in 1990. 


The Tribunal instituted a “Motions Day” in 1988 and 1989 to provide a speedy 
process for certain cases under sections 21 and 77 of the Act which are “inter- 
locutory” or preliminary in nature. These cases are scheduled on a date fixed by the 
Tribunal before a Panel which hears three or four similar cases on the same day. 
Parties have a fixed time to present their case, and Panels may deliver the decision 
orally. 


Disposition of Cases in 1989 


Monthly Increments 


New cases received 


131 





Cases disposed of: 


* Settled 

* No Jurisdiction 

+ Withdrawn 

+ Cases closed due to inactivity 

+ Cases with decisions issued 

* Disposition of Post Decision casest 


Total Cases Disposed 


Notes 


+ Columns show monthly additions only 


+ These are dispositions of Reconsideration Applications and Ombudsman's Requests 


141 


141 146 119 163 142 124 129 173 14 


196 172 195 155 


7 


By the end of the reporting period, the Tribunal had also moved towards handling 
section 77 cases almost exclusively by way of written application. The parties prefer 
it, the process is faster than an oral hearing, and oral hearings are awkward when 
only one party has the disputed material. 


We anticipate that with the integration of Intake and the Tribunal Counsel Office the 
trend to more expeditious handling of cases will accelerate in 1990. 


French-Language Hearings 


The Tribunal has two Panels that can conduct hearings in French. In 1989, the 
Tribunal held seven French hearings. In these cases, decisions are released in French, 
but an English version is available on request. The Tribunal now has a full-time 
French translator on staff who assists with the translation of documents for French 
hearings. 


Comparative Caseload Statistics 








As at 31-Dec-1988 As at 31-Dec-1989 

Cases at pre-hearing stage:t 1,510 1,134 
Post-hearing cases: 

+ Recessed < 65 
+ Complete but on hold 101 138 
+ Ready to write decision 270 234 
Total cases at post-hearing stage 414 437 
TOTAL CASELOAD 1,924 1,571 


+ This figure includes the pension-chronic pain cases which are on hold and post-decision issue cases 





Pension-chronic pain cases 269 229 
Post Decision Issue Cases 129 147 
TOTAL 398 376 


POST-HEARING PROCESSING 


About 20 per cent of the cases heard in 1989 required additional evidence, post-hear- 
ing. In those cases, Panels have found there is insufficient medical evidence to deter- 
mine an issue, or that other kinds of information are required before a decision can 
be reached. There are also cases where it becomes apparent to the Panel, post-hear- 
ing, that further submissions from the parties or the Board are necessary before the 
decision can be fairly made. 


=4$86. 


The post-hearing co-ordinator in the Tribunal Counsel Office obtains the evidence re- 
quired on the Panel’s instructions or co-ordinates the submissions. In 1989, the co- 
ordinator made greater use of outside investigators in obtaining information and 
consequently the time taken in the post-hearing process was shortened considerably. 


The post-hearing additional evidence is, of course, obtained after notice to the parties 
and with the parties being given full opportunity to respond to such evidence. 


In 1989, there were 154 Medical Assessors who had been appointed as Order-In- 
Council appointments under Section 86h of the Act. The increased number of Asses- 
sors meant that Panels were able to obtain medical information post-hearing more 
quickly than before. 


DECISION WRITING 


The Office of the Counsel to the Chairman continued to review decisions in draft 
form. The Counsel to the Chairman’s role has been described in earlier Annual 
Reports. In 1989, one additional full-time Counsel and one part-time Counsel were 
added, bringing the total to four. Counsel’s role was expanded to provide increased 
research assistance to Panels, in addition to draft-decision review. 


Beginning in January 1989, Panels agreed to attempt to release decisions, on average, 
within six weeks of the hearing date. Exceptions included the more complex cases or 
cases requiring additional evidence or submissions post-hearing. In 1989, the 
Tribunal released 1,181 decisions. The average release time for all decisions (from the 
point where they were ready to write to the release date) was 7.5 weeks. This repre- 
sents a three-week improvement over the 1988 average. If the cases are broken down 
by type, special section cases are released on average within 4.8 weeks, following a 
hearing. Full-time Vice-Chairmen released their decisions in 1989 cases within 5.2 
weeks on average. This represents a 27-per-cent improvement over 1988, and is well 
within the six-week average goal for the decision-writing process. 


DECISION RELEASE 


During the reporting year, the Tribunal implemented a new system of decision re- 
lease. Decisions are now released through the Information Department within 24 
hours of the Panel issuing the decision. 


INFORMATION DEPARTMENT 


LIBRARY 


The Library provides reference and research services to Tribunal staff and the public. 
Reference questions are answered utilizing in-house computer databases and exter- 
nal databases, such as Dialog, QL Systems, CAN/LAW and Westlaw. 


In order to meet the increasing requests for service by the public, the Library has es- 
tablished a readily identifiable central reference desk. Improved integration of the In- 
formation Department now allows Library staff to draw on the support of 
Publications lawyers when answering more legally complex queries. 


The Library staff has trained other Tribunal personnel in the use of computer-as- 
sisted research on the Tribunal’s own in-house database. Emphasis has shifted to en- 
couraging training in the use of WCAT ONLINE, a far more powerful retrieval 
system which permits sophisticated searches of the full text of all Tribunal decisions. 


oe 


PUBLICATIONS 


The Publications department publishes materials designed to facilitate research of 
Tribunal decisions and to increase awareness of Tribunal processes. As of the end of 
the reporting period plans for a major restructuring of the Tribunal’s publications 
have been completed. The new system will be implemented early in 1990. It features 
a new publication, the Decision Digest Service, which will replace the Numerical Index 
of Decisions. 


The currency of the publications was much improved over the reporting period. Deci- 
sions are currently being summarized within a week of their release. Once the Deci- 
sion Digest Service is in operation, the Decision Summaries, Keyword Index and Annotated 
Statute will be updated monthly rather than quarterly. Clearance of the backlog of 
cases to be published in the WCAT Reporter has also made that publication more cur- 
rent. These improvements have rendered the Decision Subscription Service redundant. 
It will be discontinued at the end of 1989. 


Some new publications were made available in 1989. The Keyword Guide helps users 
to identify all the keyword terms that are potentially relevant to their searches of 
Tribunal decisions (this will be especially helpful considering the revisions to the Key- 
word Index that will be necessitated by the proclamation of Bill 162). Researching Work- 
ers’ Compensation Appeals Tribunal Decisions describes the various Tribunal 
publications and databases and explains how to use the publications. A Straightfor- 
ward Guide to the Workers’ Compensation Appeals Tribunal is a plain language explana- 
tion of the Tribunal’s function and procedures. 


Plans are underway to introduce a Tribunal newsletter (WCAT In Focus). It will pro- 
vide the Tribunal with the capacity to routinely communicate with its constituencies 


in a timely and efficient manner. 


The following publications are available to assist in the research of Tribunal 


decisions: 
e VV( e Key 1 Index 
e e { 
e | e i ( ] 


Other publications available are: 


e 1 Straightforward Guide t e Compensation Appeals Forum 


e Annual Re port 


PAY EQUITY 


The Pay Equity Act, which came into force on January 1, 1988, requires employers in 
the public sector to post a Pay Equity Plan by January 1, 1990. The Tribunal decided 
that it was reasonable for it to follow the Ontario Public Service pay equity plan for 
non-union (called “management and excluded”) employees when that plan became 
available. 


0 


The Tribunal notified employees of the decision in December 1989. The plan was 
posted early in 1990 and will result in approximately 72 Tribunal employees receiv- 
ing wage adjustments in 1990 to meet the Pay Equity Act. 


The Tribunal’s decision to follow the OPS plan allows the Tribunal to implement the 
intent and the spirit of the pay equity legislation by providing us with “male com- 
paritors” for the female job classes. 


FINANCIAL MATTERS 


As we present this Annual Report, the Statement of Expenditure for the year ended 
December 31, 1989, has not yet been subject to audit. 


The Appeals Tribunal is currently undergoing an internal audit by the Audit Depart- 
ment of the Ministry of Labour. The external auditors who performed an audit of the 
Statement of Expenditures in 1988 will again be invited to perform an audit of the 
Statement of Expenditures for the year ended December 31, 1989. 


=i) = 


Salaries and Wages 


1310 Salaries & Wages - Regular 
1320 Salaries & Wages - Overtime 
1325 Salaries & Wages - Contract 
1510 Temporary Help - Go Temp. 
1520 Temp. Help - Outside Agencies 


Total Salaries and Wages 
Employee Benefits 


2110 Canada Pension Plan 

2130 Unemployment Insurance 
2220 Pub. Ser. Superannuation Fund 
2230 P.S.S.F. Adjustment Fund 
2310 Ontario Health Insurance Plan 
2320 Suppl. Health & Hospital Plan 
2330 Long-term Income Protection 
2340 Group Life Insurance 

2350 Dental Plan 

2410 Workers’ Compensation 

2520 Maternity Supp. Benefit All. 
2990 Benefits Transfer 


Total Employee Benefits 
Transportation & Communication 


3110 Courier/Other Delivery Charges 
3111 Long Distance Charges 


3112 Bell Tel. - Service, Equipment 
3210 Postage 
3610 Travel - Accommodation & Food 


3620 Travel - Air 

3630 Travel - Rail 

3640 Travel - Road 

3660 Travel - Conferences, Seminars 
3680 Travel - Attendance (Hearings) 
3690 Travel - Prof. & Pub. Outreach 
3720 Travel - Other 

3721 Travel - PT Vice Chair & Reps. 


Total Transportation & Communication 


tit = 


sei letse 


1989 Budget adie i 


4,338.0 
36.0 
298.8 
40.0 
35.0 


4,747.8 











brs Le om ih ghues 


0 its nie 







j naan = ad 
. hi DL | ‘ 


ih We sr 


qu = 


Services 


4124 External Education & Training 
4130 Advertising - Employment 

4210 Rentals - Computer Equipment 
4220 Rentals - Office Equipment 

4230 Rentals - Office Furniture 

4240 Rentals - Photocopying 

4260 Rentals - Office Space 

4261 Rentals - Hearing Rooms 

4270 Rentals - Other 

4310 Data Process Service 

4320 Insurance 

4340 Receptions - Hospitality 

4341 Receptions - Rentals 

4350 Witness Fees 

4351 Process Services - Subpoenas 
4360 Per Diem Allow.-PT VC & Reps. 
4410 Consultants - Mgt. Services 

4420 Consultant - System Development 
4430 Court Reporting Services 

4431 Consultants - Legal Services 
4435 Transcription 

4440 Med. Fee - Per Diem/Retainer/Rep 
4460 Research Services 

4470 Print - Dec./Newsletters/Pamphlets 
4520 Repair/Main. - Furnit./Off. Equip. 
4710 Other - incl. Membership Fees 
4711 Translation & Interpret. Ser. 

4712 Staff Development - Course Fees 
4713 French Translation Services 

4714 Other French Costs 


Total Services 

Supplies & Equipment 

5090 Projectors, Cameras, Screens 
5110 Computer Equip. incl. Software 
5120 Office Furniture & Equipment 
5130 Office Machines 

5710 Office Supplies 

5720 Books, Publications, Reports 
Total Supplies & Equipment 
Total Operating Expenditures 
Capital Expenditures 


Total Expenditures 


9G) 


1989 Budget 


1989 Actual 


0.2 
12.5 
13.1 

0.8 

0.0 
91.6 

1,011.4 
22.6 

0.0 

0.0 

0.0 
32.8 

0.3 
27.6 

oy 

377.7 
94.7 
37.7, 
117.4 
19.1 
145.8 
132.8 
0.0 
172.2 
148.2 
48.8 
44.3 
38.9 
38.0 
0.0 


* 2,633.9 





0.0 
0.2 
2.3 
0.0 
139.6 
51.5 


193.6 
8,348.9 
148.5 
8,497.4 








APPENDIX A 
STATEMENT OF MISSION, GOALS AND OBJECTIVES 


THE MISSION 


I n its most fundamental terms, the Tribunal’s mission is to perform appropriately 
the duties assigned to it by the Workers’ Compensation Act. 


These duties are both explicit and implicit. The explicit assignments define what the 
Tribunal must do and are, generally speaking, clear. They need not be repeated here. 


The implicit obligations identify the manner of the Tribunal’s operations. By defini- 
tion, the nature of those obligations is subject to interpretation and debate, and it is 
important that the Tribunal’s perceptions in that respect be known. 


The implicit statutory obligations as the Tribunal understands them may be usefully 
described in the following terms. 


1. The Tribunal must be competent, unbiased and fair-minded. 
2. The Tribunal must be independent. 
The obligation to be independent has three essential facets: 


(a) The maintenance of an arms-length, independent relationship with the 
Workers’ Compensation Board. 


(b) A commitment by the chairman, vice-chairs and members to not being inap- 
propriately influenced by the popular views of workers or employers. 


(c) Acommitment by the chairman, vice-chairs and members to being unde- 
terred by the possibility of government disapproval. 


3. The Tribunal must utilize an appropriate adjudication process. To be appropriate, 
the Tribunal believes the process must generally conform with the following basic 
concepts: 


(a) The process must be recognized as not being an “adversarial” process as 
that concept is generally understood in a common-law context. 


(Unlike a court, the Tribunal is not engaged in resolving a contest between private 
parties. Appeals to the Tribunal represent a stage in the workers’ compensation sys- 
tem’s investigation of the statutory rights and benefits flowing from an industrial in- 


jury. 


It is a stage of the system’s process that is invoked on the initiative of a worker or em- 
ployer but in this stage, as in earlier stages of the process, it is the system and not the 
worker or the employer which has the burden of establishing what the Act does or 
does not provide with respect to any reported accident. 


ee 


The fact that it is the system which has the primary responsibility in this respect is 
reflected in the Board’s and the Tribunal’s explicit investigative mandates and their 
respective statutory obligations to decide cases on the basis of their “real merits and 
justice”. 


In legal terminology the process may be characterized as an “inquisitorial” as op- 
posed to an “adversarial” process. 


Despite the non-adversarial or inquisitorial nature of the process, it is a fact that the 
Tribunal’s hearings normally take much the same form as do hearings in a typical 
adversarial process. To the uninitiated, the use of what is essentially an adversarial 
hearing format is confusing as to the fundamental nature of the Tribunal’s process. In 
fact, however, the adversarial format merely reflects the Tribunal’s tacit recognition 
that the participation of the parties in that manner will meet expectations in that re- 
gard and will, as well, be usually both the most effective and the most satisfying way 
for parties to, in fact, contribute to the Tribunal’s search for the real merits and jus- 
tice. 


The Tribunal’s commitment, in a non-adversarial process, to an essentially adversar- 
ial hearing format is also bolstered by its appreciation of the Canadian legal system's 
concept of what constitutes a “hearing”. The legal system’s understanding of the 
principles of natural justice that apply where there is, as there is here, a right to a 
hearing, are such that even in a non-adversarial process the style of hearing would 
not in law be allowed to stray far from the basic adversarial format.) 


(b) The non-adversarial nature of the process in which the Tribunal is engaged 
evokes the following three, particularly significant special process impera- 
tives. 


(i) The Tribunal’s hearing panels have a responsibility to take such 
steps as they may find necessary to satisfy themselves that in any 
particular case they have such reasonably available evidence as they 
require to be confident as to the actual merits and justice in that case. 


(ii) The issue agenda in any case must ultimately be determined by the 
hearing panels and not dictated by the parties. 


(iii) The manner of conducting a hearing, while usually to be governed 
by rules and format of a standard nature, must be adaptable to the 
special hearing needs of any particular case as the hearing panel in 
that case may consider necessary or appropriate. Any such adapta- 
tions must, however, be consistent with a fair hearing and reflect 
proper regard for the integrity of general Tribunal rules and proce- 
dures that are conducive to effective and fair process from an overall 
perspective. 


(c) The adjudication process must be effective and fair from the parties’ perspec- 
tive. 


It must allow the parties timely knowledge of the issues, a fair opportunity to chal- 
lenge or add to evidence and/or to provide their own evidence, and a fair opportu- 
nity to advocate their views and to argue against opposing views. 

(d) The process must also be effective from the perspective of the Tribunal. 
It must provide the Tribunal’s panels with the evidence, the means of evaluating the 


evidence, and the understanding of the issues, which will permit them to decide with 
confidence on the real merits and justice of the case. 


= 5) — 


(e) The process should not be more complicated, regulated, or formal (and, 
thus, not more intimidating to lay participants) than the requirements of ef- 
fectiveness and fairness and the needs of reasonable efficiency dictate. 


(f) In the post-hearing phase, the decision-making process must provide full 
opportunity for effective tripartite decision-making and for the careful 
development of appropriate decisions. 


To be appropriate, decisions must be written and fully-reasoned. They must conform 
to the rule of law and meet reasonable, general standards of decision quality. Appli- 
cable law must be given its due effect and the principles adopted in other Appeals 
Tribunal decisions must be shown appropriate deference. The goal of achieving like 
results in like fact situations must be sensibly pursued. 


4. The process for dealing with applications, as distinguished from appeals, while 
conforming generally with the foregoing, must be subject to such variations as the 
special statutory provisions governing each of the various applications may antici- 
pate. 


5. The Tribunal must hold hearings and reach decisions in as timely a fashion as is 
reasonably possible given the foregoing process obligations. 


6. The Tribunal must make all its decisions readily accessible to the public. 


7. The Tribunal’s services must be reasonably accessible in both the French and 
English languages. 


GOALS 


In pursuing its mission, the Tribunal has adopted the following specific goals. 


1. Achieving a total case turnaround time from notice of appeal or application to final 
disposition that averages four months, and in individual cases, unless they are of un- 
usual complexity or difficulty, does not exceed six months. 


2. Providing a system which can, so far as is reasonably possible, meet the various 
implicit statutory imperatives regardless of the experience or capabilities in a particu- 
lar case of the worker’s or employer's representative, or the absence from the process 
of any party or representative. 


3. Maintaining at all points of contact between the Tribunal and workers and employ- 
ers and their representatives a welcoming, empathetic, non-intimidating and 
constructive professional environment — an environment grounded in implicit re- 
spect on the part of all Tribunal staff and members for the goals and motives of work- 
ers and employers involved in the Tribunal’s processes and for the importance of the 
Tribunal’s work on their behalf. 


4. Maintaining a working environment for Tribunal staff that provides both challeng- 
ing work and suitable opportunities for personal recognition, development and ad- 


vancement, in an atmosphere of mutual respect. 


5. Maintaining at all times a sufficient complement of qualified, competent, trained 
and committed vice-chairs and members. 


6. Maintaining at all times a sufficient roster of qualified and committed medical as- 
sessors. 


26e 


7. Maintaining at all times a sufficient complement of qualified, competent, trained 
and committed administrative and professional staff. 


8. Providing the physical facilities, equipment and administrative support services 
necessary for the vice-chairs, members and staff to perform their responsibilities effi- 
ciently and in a manner which is conducive to job satisfaction and consistent with 
professional expectations. 


9. Within such restrictions as may be implicit in the chairman’s statutory obligation to 
take as his or her guidelines in the establishment of job classifications, salaries and 
benefits the administrative policies of the Government, compensating staff fairly and 
competitively relative to their responsibilities and the nature of their work. 


10. Maintaining a constructive and appropriate working relationship with the medi- 
cal profession and its members, generally, and with the Tribunal’s medical assessors, 
in particular. 


11. Maintaining a constructive and appropriate working relationship with the Board 
and its staff and with the Board’s board of directors. 


12. Maintaining a constructive and appropriate working relationship with the Minis- 
ter and Ministry of Labour and with such other components of the government struc- 
ture with which the Tribunal has dealings from time to time. 


13. Providing the public and, in particular, workers and employers and their respec- 
tive communities and representatives with such information about the Appeals 
Tribunal and its operations as is necessary for the effective utilization of the 
Tribunal’s services. 


COMMITMENTS 


In the performance of the Tribunal’s Mission and in the pursuit of its Goals, the 
Tribunal has recognized a number of matters to which it is effectively committed. 


1. The Tribunal is committed to keeping the investigative and pre-hearing prepara- 
tion activities of the Tribunal separate from its decision-making activities. 


This is accomplished by means of a permanent department of full-time professional 
staff referred to as the Tribunal Counsel Office (the TCO). TCO’s assignment in this 
regard is to perform the Tribunal’s investigative and pre-hearing preparation work. 
This work is to be performed in accordance with general standing instructions of the 
Tribunal. In individual cases where pre-hearing investigation or preparation require- 
ments appear to exceed such standing instructions, TCO will act in accordance with 
special instructions from Tribunal panels — panels whose members are not there- 
after permitted to participate in the hearing and deciding of such cases. 


2. The Tribunal is committed to Tribunal-monitoring, at the pre-hearing stage, of the 
identification of issues and the sufficiency of evidence. 


As part of the commitment to separation of pre-hearing investigation and prepara- 
tion activity from decision-making activity, this monitoring is normally carried out 
by the TCO pursuant to Tribunal instructions delivered in the manner described 
above. 


(This commitment does not preclude variable strategies concerning the degree of pre- 
hearing monitoring and the amount of TCO initiative in the pre-hearing preparation, 
with respect to different categories of cases. It also contemplates the possibility of 
TCO not monitoring particular categories of uncomplicated cases.) 


D 


It is, of course, understood that the TCO’s pre-hearing role does not diminish in any 
way the hearing panels’ intrinsic rights and obligations in the hearing and determin- 
ing of individual cases. Hearing panels have the final say in the identification of is- 
sues and, at a mid-hearing or post-hearing phase, the right to initiate and supervise 
the development or search for additional evidence, or to obtain further legal research 
or request additional submissions. 


3. The Tribunal is committed to having the Tribunal represented by its own counsel at 
any Tribunal hearing where the Tribunal considers such representation necessary or 
useful. 


4. Inits internal decision-making processes, the Tribunal is committed to the 
maintenance of a tri-partite working environment characterized by mutual respect 
and by free and frank discussions based on non-partisan, personal best judgements 
from all panel members. 


5. The Tribunal is committed to maintaining internal educational processes suitable 
for developing a Tribunal-wide, comprehensive appreciation of the nature and di- 
mensions of emerging, generic, medical, legal or procedural issues. 


6. The Tribunal is committed to the establishment and maintenance of a general 
workers’ compensation information resource and library. 


This resource and library is to be a sufficient and effective source of legal, medical, 
and factual information relevant to the workers’ compensation subject. It shall pro- 
vide access to information which is not conveniently assembled elsewhere, and 
which workers and employers, members of the public, professional representatives, 
and Members and staff of the Tribunal require if they are to truly understand the 
workers’ compensation system and the issues which it presents, or be able to prepare 
on a fully informed basis for presenting or dealing with such issues in individual 
cases. 


This information is to be readily accessible through electronic and other means. 


7. The Tribunal is committed to the creation of a permanent, widely distributed and 
easily accessible, published record of the Tribunal’s work. 


This record is to consist of the selection of Tribunal decisions best calculated to assist 
worker or employer representatives to understand, in the preparation of their cases, 
workers’ compensation issues and the Tribunal’s developing position on such issues. 


8. The Tribunal is committed to the review by the chairman, or by the Office of the 
Counsel to the chairman, of draft panel decisions. 


This review is conducted for the purpose of ensuring — to the extent possible given 
the overriding hearing-panel autonomy, that the Tribunal’s body of decisions com- 
plies reasonably with the general hallmarks of quality which the Tribunal has recog- 
nized. 

9. The Tribunal is committed to devoting its best efforts to having Tribunal decisions 
comply reasonably with the following hallmarks of a good-quality adjudicative decis- 
ion: 


(a) It does not ignore or overlook relevant issues fairly raised by the facts. 


(b) It makes the evidence base for the panel’s decisions clear. 


~ 98 — 


(c) On issues of law or on generic medical issues, it does not conflict with pre- 
vious Tribunal decisions unless the conflict is explicitly identified and the 
reasons for the disagreement with the previous decision or decisions are 
specified. 


(d) It makes the panel’s reasoning clear and understandable. 

(e) It meets reasonable standards of readability. 

(f) It conforms reasonably with Tribunal standard decision formats. 

(g) From decision to decision the technical and legal terminology is consistent. 


(h) It contributes appropriately to a body of decisions which must be, as far as 
possible, internally coherent. 


(i) It does not support permanent conflicting positions on clear issues of law or 
medicine. Such conflicts may occur during periods of development on con- 
tentious issues. They cannot be a permanent feature of the Tribunal’s body 
of decisions over the long term. 


(j) It conforms with applicable statutory and common law and appropriately re- 
flects the Tribunal’s commitment to the rule of law. 


(k) It forms a useful part of a body of decisions which must be a reasonably ac- 
cessible and helpful resource for understanding and preparing to deal with 
the issues in new cases and for invoking effectively the important principle 
that like cases should receive like treatment. 


10. The Tribunal is committed to obtaining in each case such reasonably available 
evidence as its hearing panels require if they are to be confident as to the appropriate- 
ness of their decision on any factual or medical issue. 


11. The Tribunal is committed to holding hearings at appropriate out-of-Toronto loca- 
tions. 


The commitment in this respect is that cases originating out of Toronto should be 
heard at locations which are reasonably convenient from both the worker’s and em- 
ployer’s perspective. This commitment is subject to the limit of not imposing travel 
obligations on Tribunal members or administrative burdens on the Tribunal so oner- 
ous as to interfere with the effective operation of the Tribunal in other respects. 


12. The Tribunal is committed to the payment of expenses and compensation in resp- 
ect of lost wages arising from attendance at Tribunal hearings in accordance with the 
WCB’s policies in that regard with respect to attendance at WCB proceedings. 


13. The Tribunal is committed to paying for medical reports which serve a reasonable 
purpose in the Tribunal’s proceedings. 


14. The Tribunal is committed to being fiscally responsible in the management of its 


expenditures to the end that only moneys necessary for the performance of the 
Tribunal’s mission and the accomplishment of the Tribunal’s goals are, in fact, spent. 


229 


This document reflects the Tribunal’s Mission, Goals and Commitments as at least 
implicitly understood from the Tribunal’s inception. ' Their expression in these 
particular terms was approved by the Tribunal as of October 1, 1988. 


The single exception is Goal No. 1. The original turnaround goal was six months 


20 


APPENDIX B 





VICE-CHAIRMEN AND MEMBERS ACTIVE IN 1989 


FULL-TIME DATE OF FIRST APPOINTMENT 
Chairman 
Ellis, S. Ronald October 1, 1985 


Alternate Chair 


Bradbury, Laura June 1, 1988 
Vice-Chairmen 

Bigras, Jean Guy May 14, 1986 
Bradbury, Laura October 1, 1985 
Carlan, Nicolette October 1, 1985 
Kenny, Lila Maureen July 29, 1987 
MclIntosh-Janis, Faye May 14, 1986 
Moore, John P. July 16, 1986 


Onen, Zeynep 
Signoroni, Antonio 


Starkman, David K.L. 


Strachan, Ian J. 


Members Representative of Workers 


Cook, Brian 

Fox, Sam 

Heard, Lorne 
Lebert, Raymond J. 
McCombie, Nick 
Robillard, Maurice 


Members Representative of Employers 


Apsey, Robert 

Jago, W. Douglas 
Meslin, Martin 
Nipshagen, Gerry M. 
Preston, Kenneth 
Seguin, Jacques 
Guillemette, Karen 


PART-TIME 


Vice-Chairmen 


Aggarwal, Arjun 
Chapnik, Sandra 
Farb, Gary 
Faubert, Marsha 
Friedmann, Karl 
Hartman, Ruth 
Lax, Joan L. 
Leitman, Marilyn 
Marafioti, Victor 
Marcotte, William A. 
Marszewski, Eva 
McGrath, Joy 
Sperdakos, Sophia 


Île 


October 1, 1988 
October 1, 1985 
August 1, 1988 
October 1, 1985 


October 1, 1985 
October 1, 1985 
October 1, 1985 
June 1, 1988 

October 1, 1985 
March 11, 1987 


December 11, 1985 
October 1, 1985 
December 11, 1985 
October 1, 1988 
October 1, 1985 
July 1, 1986 

May 28, 1986 


May 14, 1986 
March 11, 1987 
March 11, 1987 
December 10, 1987 
December 17, 1987 
December 11, 1985 
May 14, 1986 
December 17, 1987 
March 11, 1987 
May 14, 1986 

May 14, 1986 
December 10, 1987 
May 14, 1986 





Stewart, Susan L. May 14, 1986 
Swartz, Gerald March 11, 1987 
Torrie, Paul May 14, 1986 
Warrian, Peter May 14, 1986 


Wydrzynski, Christopher 


Members Representative of Workers 


March 11, 1987 


Acheson, Michelle December 11, 1985 
Beattie, David Bert December 11, 1985 
Byrnes, Frank May 14, 1986 
Drennan, George December 11, 1985 
Felice, Douglas H. May 14, 1986 
Ferrari, Mary May 14, 1986 
Fuhrman, Patti May 14, 1986 
Higson, Roy December 11, 1985 
Jackson, Faith December 11, 1985 
Klym, Peter May 14, 1986 


Lankin, Frances 
Rao, Fortunato 


December 11, 1985 
February 11, 1988 


Members Representative of Employers 


Clarke, Kenneth August 1, 1989 
Gabinet, Mark December 17, 1987 
Howes, Gerald K. August 1, 1989 
Jewell, Donna Marie December 11, 1985 
Kowalishin, Teresa A. May 14, 1986 
Merritt, Allen S. October 18, 1988 
Ronson, John December 11, 1985 
Seguin, Jacques A. July 1, 1986 

Shuel, Robert August 1, 1989 
Sutherland, Sara December 17, 1987 


The following is a list of senior staff who were employed at the Appeals Tribunal 
during the reporting period. 


Counsel to the Chairman 

Carole A. Trethewey 

Tribunal General Counsel 

Elaine Newman - to June 15, 1989 

Eleanor J. Smith — from December 1, 1989 

(Acting) General Counsel 

Janice Sandomirsky — June 16, 1989, to November 30, 1989 


General Manager 
Robert A. Whitelaw — to June 30, 1989 


Head, Information Department 
Linda Moskovits 


SENIOR STAFF CHANGES 


On June 16, 1989, Elaine Newman, the Tribunal’s General Counsel resigned to take 
up a career in private practice. Janice Sandomirsky, one of the Tribunal Counsel Of- 
fice’s Senior Legal Counsel, assumed the position of Acting General Counsel while 
the recruiting process was completed by an internal selection committee. Eleanor J. 
Smith was appointed the Tribunal’s new General Counsel, effective December 1, 
1989. Eleanor came to the Tribunal from her position as Director of Appeals at the 
Ministry of Labour, where she was responsible for hearing and determining all ap- 


a 


peals from Ministry of Labour decisions under the Occupational Health and Safety 
Act, and with a background of government administrative law advocacy in the 
energy field. 


Also, on June 30, 1989, Robert Whitelaw, the Tribunal’s General Manager resigned to 
accept a position with the government of British Columbia. At that time, it was de- 
cided that we would not fill the vacancy but would, instead, take the opportunity to 
experiment with a more flattened management structure, with the General 
Manager’s responsibilities being delegated to senior staff members. We have not, as 
yet, had enough experience to be confident that it will be sensible in the long term to 
permanently dispense with a General Manager position, and expect to be able to 
make that decision sometime towards the end of 1990. 


MEDICAL COUNSELLORS 


The Medical Counsellors have continued to assist the Counsel Office in determining 
what, if any, further medical investigation ought to be explored in order to ensure 
that Panels have enough medical information to understand the evidence before 
them in any particular case, and to understand where and why any controversies 
exist. 


The Counsellors have also continued to contribute to the Tribunal’s recruitment of 
candidates for the Medical Assessor Roster. This year has seen the creation of a num- 
ber of generic discussion papers on a number of medical issues. The Counsellors 
have been of assistance, either authoring these papers, or assisting in finding appro- 
priate specialists from the Assessor Roster to do so. 


Dr. Brian Holmes (see Second Report, page 21), who previously coordinated the 
Medical Counsellors has taken a leave of absence to accept a position as Vice-Chan- 
cellor, Health Sciences for the University in the United Arab Emirates. Dr. Holmes 
was a founding Counsellor and was instrumental in assisting the Tribunal as it set up 
its medical resource bodies. 


Dr. Holmes’ leadership role has been assumed by Dr. Thomas P. Morley. 

This year, Dr. lan Macnab, Orthopaedic Surgeon, resigned for personal reasons. Dr. 
Macnab’s assistance and keen interest in enhancing our understanding of or- 
thopaedic issues, especially in our first few formative years has been greatly appre- 
ciated. 

One of the Tribunal’s 86h Assessors, Dr. W.R. Harris, has been performing the role of 
Orthopaedic Counsellor on an ad hoc basis. His other commitments do not permit 
him to officially assume the responsibilities of a Counsellor at this time. 


This leaves the Tribunal with seven Counsellors. 


The following is a list of the Tribunal’s Medical Counsellors: 


Dr. Douglas P. Bryce Otolaryngology 

Dr. John S. Crawford Ophthalmology 

Dr. W.R. Harris Orthopaedics (Acting) 
Dr. Fred Lowy Psychiatry 

Dr. Robert L. MacMillan Internal Medicine 

Dr. Thomas P. Morley Neurology 

Dr. Neil Watters General Surgery 


—393— 


ASSESSORS 


As reported in the Second Report, a second expanded list of Assessors was appointed 
on October 1988. This brought the total of medical assessors throughout the province 
to 154 - now less nine (mainly through retirement from practice). There are currently 
14 assessor nominations in process, and their appointments are anticipated in the 
near future. 


VICE-CHAIRMEN AND MEMBERS — RE-APPOINTMENTS 


In 1989, the following full- and part-time Vice-Chairmen and Members were 
re-appointed to the Appeals Tribunal for the terms indicated below. 


NAME DATE OF RE-APPOINTMENT AND TERM (IN YEARS) 

FULL-TIME 

Vice-Chairmen 

Bradbury, Laura! October 1 3 

MclIntosh-Janis, Faye May 14 3 

Members Representative of Employers 

Guillemette, Karen May 14 3 

Nipshagen, Gerry” June 15 3 

Seguin, Jacques July 1 6 mos. full-time; 
2.5 years part-time 

Cook, Brian October 1 3 

PART-TIME 

Vice-Chairmen 

Lax, Joan May 14 2 

Marcotte, William May 14 2 

Sperdakos, Sophia May 14 3 

Stewart, Susan May 14 3 

Members Representative of Employers 

Kowalishin, Teresa May 14 5 

Members Representative of Workers 

Felice, Douglas May 14 3 

Ferrari, Mary May 14 3 

Fuhrman, Patti May 14 3 

Klym, Peter May 14 3 


| In addition to her duties as a Vice-Chairman at the Appeals Tribunal, Laura Bradbury is 
continuing in her management position as Alternate Chair. 


Le] 


Mr. Nipshagen was first appointed to the Appeals Tribunal as a part-time Member 
representative of employers. He was appointed as a full-time Member in June to fill the 
vacancy created by the resignation of Karen Guillemette. 


284 


VICE-CHAIRMEN AND MEMBERS — APPOINTMENTS EXPIRED 
AND RESIGNATIONS 


The following is a list of members who resigned or whose appointments expired 
during the reporting period. 


Arjun Aggarwal, Vice-Chairman (part-time) 
Frank Byrnes, Tribunal Member representative of workers (part-time) 
Karen Guillemette, Tribunal Member representative of employers (full-time) 

Eva Marszewski, Vice-Chairman (part-time) 
Allen S. Merritt, Tribunal Member representative of Employers (part-time) 
Paul Torrie, Vice-Chairman (part-time) 
Peter Warrian, Vice-Chairman (part-time) 


VICE-CHAIRMEN AND MEMBERS — RESUMES 


NEW APPOINTMENTS 


Kenneth Clarke (Part-time Employer Member) 


Mr. Clarke, a human resources consultant with his own consulting firm (dealing in 
non-workers’-compensation-related matters), spent 20 years in the food business as 
the Director of Human Resources at Thomas J. Lipton, Inc. In this position he was re- 
sponsible for personnel and industrial relations matters. He is currently a member of 
the Government Affairs Advisory Committee of the Personnel Association of Ontario. 


Gerald K. Howes (Part-time Employer Member) 


Prior to his part-time appointment, Mr. Howes was employed by General Motors for 
32 years. His position when retired was that of Workers’ Compensation Personnel 
Representative. In this position, he spent the greater part of the period between 1972 
and 1988 representing General Motors at all levels of workers’ compensation claims 
and primary adjudication in the appeals process up to the Hearings Officer level. 


Robert Shuel (Part-time Employer Member) 


During the period between 1980 and 1989, Mr. Shuel was employed as Director and 
Secretary-Treasurer for Cuddy International Corporation. In additional to personnel 
administration, Mr. Shuel was involved in workers’ compensation assessment and 
claims procedures. During this period, he was responsible for workers’ compensa- 
tion and claims management for a Windsor-based construction company where he 
was project payroll and office manager. Mr. Shuel was also involved in a workers’ 
compensation educational role with the Agricultural Employers Council. 


For brief résumés of the previously appointed full- and part-time Vice-Chairmen and 
Members, please refer to Appendix B of the Third Report. 


= 35 = 


w 


—— 





— | he 





Rapport 
annuel 


1989 





Tribunal dappel 


des accidents du travail 


Workers’ Compensation 


Appeals Tribunal 


à 6 
Ontario 


7 





RAPPORT ANNUEL 





1989 


505, avenue University, 7° étage 

Toronto (Ontario) M5G 1X4 

Tél.: (416) 598-4638 TÉLÉCOPIEUR: (416) 965-5134 

ISBN: 0833-5451 

© TRIBUNAL D'APPEL DES ACCIDENTS DU TRAVAIL (Ontario) 1990 









SUUATS 


08 ~ A We “fining 
ExT oo 
Th) io BMODIAER 


cm JAVAST UD 2TMSGID3DA a) TAC 
> 





TABLE DES MATIERES 


INTRODUCTION 


LE RAPPORT DU PRESIDENT 
EVALUATION DU RENDEMENT DU TRIBUNAL PAR LE PRESIDENT 
LA LOI 162 - SES REPERCUSSIONS SUR LE TRIBUNAL 
QUI A LE DERNIER MOT AUX TERMES DU PARAGRAPHE 86n 
QUESTIONS DE FOND TRAITEES EN 1989 
Evaluation des pensions 
Suppléments de pension 
Dispositions provisoires de la Loi 162 relatives aux suppléments 
Base salariale 
Maladies professionnelles 
Stress professionnel 
Troubles de la douleur chronique et fibromyalgie 
Les relations entre le Tribunal et l'Ombudsman 
Les lésions professionnelles et l’admissibilité à l'indemnisation 
Autres 
LES RÉVISIONS JUDICIAIRES 
LE RAPPORT DU TRIBUNAL 
VICE-PRÉSIDENTS, MEMBRES ET PERSONNEL CADRE 
LA PROCÉDURE D'APPEL 
Réception des appels et traitement des nouveaux dossiers 
Traitement au stade préalable à l'audience 
Inscription des cas au calendrier des audiences 
Audiences 
Traitement des cas au stade postérieur à l'audience 
Rédaction des décisions 
Communication des décisions 
SERVICE D'INFORMATION 
Bibliothèque 
Publications 
ÉQUITÉ SALARIALE 
QUESTIONS FINANCIÈRES 


SIP NS! G3 OX. ON CONS 


N 





ANNEXES 


ANNEXE B 





ENONCE DU MANDAT, DES OBJECTIFS ET DE LA PRISE D'ENGAGEMENTS 26 
VICE-PRESIDENTS ET MEMBRES EN FONCTION EN 1989 33 
ANALYSE DE TENDANCE — DEMANDES REÇUES c. INVENTAIRE DE TOUS LES CAS 3 
LA PROCEDURE D’APPEL 14 
DEMANDES REÇUES EN 1989 — PAR CATEGORIE 16 
DEMANDES REÇUES EN 1989 — PAR CATÉGORIE 17 
PROFIL DES REPRESENTANTS — DECISIONS COMMUNIQUEES EN 1989 18 
CAS TRAITÉS EN 1989 19 
STATISTIQUES COMPARATIVES SUR LA CHARGE DE TRAVAIL 20 
ÉTAT DES DÉPENSES AU 31 DÉCEMBRE 1989 24 


st 


INT RO DUCTION nu 





L. Tribunal d’appel des accidents du travail est un tribunal tripartite qui a été 
institué en 1985 pour entendre les appels interjetés contre les décisions de la 
Commission des accidents du travail. Le Tribunal est une institution judiciaire 
distincte, indépendante de la Commission. 


Le présent rapport, qui constitue le rapport du président du Tribunal et celui du 
Tribunal, est publié à l'intention du ministre du Travail et des différents groupes 
intéressés au Tribunal. Le lecteur y trouvera une description du fonctionnement du 
Tribunal pendant la période visée et un examen de certaines questions pouvant 
présenter un intérêt particulier. Ce rapport porte sur l’année civile 1989. 


Il s’agit du premier rapport annuel intitulé “Rapport annuel”. Les trois rapports 
précédents, expressément intitulés “Premier rapport”, “Deuxième rapport” et 
“Troisième rapport”, relatent les faits saillants de l'institution, de la formation et du 
rodage du Tribunal. Ces rapports portent respectivement sur les périodes allant du 
1% octobre 1985 au 30 septembre 1986, du 1™ octobre 1986 au 30 septembre 1987 et 
sur la période de quinze mois allant du 1°" octobre 1987 au 31 décembre 1988. 


Ce rapport annuel renferme en fait le rapport du président et celui du Tribunal. 
Dans son rapport, le président formule ses observations, ses vues et ses opinions 
personnelles. Le rapport du Tribunal, lui, donne un aperçu des activités et des 
affaires financières du Tribunal ainsi que des faits nouveaux relatifs à ses formalités 
administratives et à ses procédures. 








RAPPORT 
DU PRESIDENT 





EVALUATION DU RENDEMENT DU 
TRIBUNAL PAR LE PRESIDENT 


iF Tribunal continue a observer les critères de rendement formulés dans I’ Enoncé 
du mandat, des objectifs et de la prise d'engagements qu'il a adopté en 1988. Comme 
c'était le cas dans le Troisième rapport, cet énoncé est reproduit à l’annexe A du présent 
rapport. Je suis convaincu que, pendant toute la période visée par ce rapport, le 
Tribunal s’est acquitté avec succès de sa mission et qu'il a progressé à grands pas 
vers l'atteinte de ses objectifs, tout en demeurant fidèle à ses engagements. 


L’Énoncé du mandat, des objectifs et de la prise d'engagements exprime comme suit l’objec- 
tif de production du Tribunal: “Parvenir à un temps de traitement des cas, depuis 
l'avis d'appel ou la demande jusqu’au règlement définitif, d'une durée moyenne de 
quatre mois et maximale de six mois par cas, exception faite des cas particulièrement 
complexes ou difficiles”. 


Le temps de traitement complet continue sans cesse de s'améliorer. Au cours de 
l’année 1989, le Tribunal a mis en oeuvre le projet de restructuration qui avait été 
approuvé à la fin de 1988 (décrit dans le Troisième rapport). Il a aussi modifié quelque 
peu son organisation et ses procédures en vue d'accélérer le traitement des cas au 
stade préalable à l'audience. Toutefois, ces efforts n’ont commencé à porter fruits 
qu'à la fin de l’année en raison de changements survenus au sein du personnel du 
Bureau des conseillers juridiques et du Service de réception des nouveaux dossiers 
ainsi que de modifications apportées aux formalités administratives observées par 
ces services. 


Le Tribunal a malgré tout été en mesure de traiter quelque 200 cas d'admissibilité, de 
la réception de l'avis d'appel à la communication d’une décision, en respectant a peu 
près son objectif de quatre mois. Dans l’ensemble, le temps moyen de traitement 
complet s’est grandement amélioré. 


Le lecteur peut obtenir une vue d'ensemble de l'amélioration du temps de traitement 
complet des cas en se reportant au graphique présenté à la page suivante. Ce 
graphique fournit le nombre total de nouveaux cas et l'inventaire de tous les cas pour 
chaque année à partir de 1987. Pour 1989, le graphique indique que le nombre de cas 
à la fin de l’année était environ 60 % inférieur à ce qu'il était à la fin de 1987. Étant 
donné que le nombre de nouveaux cas soumis chaque année est demeuré assez 
constant, cette réduction de 60 % révèle principalement l'amélioration du rendement 
du Tribunal. 


Les cas qui doivent être entendus à l'extérieur de Toronto présentent des problèmes 
particuliers en ce qui concerne le temps de traitement. Il est impossible de tenir quoti- 
diennement des audiences à l'extérieur de Toronto et, comme nous nous en rendons 
maintenant compte, les ressources en intervenants posent également des limites dans 


les centres à l'extérieur de Toronto. Comme l'indique notre rapport sur l'inscription 
des cas au calendrier des audiences, le Tribunal continue a mettre à l’épreuve diffé- 
rentes stratégies afin d’améliorer le temps de traitement de ces cas. 


ANALYSE DE TENDANCE 


Demandes reçues c. inventaire de tous les cas 








re le 
2 = 
@ 1.9 | 
OS | 
Ss 18. 
= 
SE 17-7 
one: 5 
z 1.6 - LI 
a 
1.5 7 
1.4 | 
1 2 a cn “a —_——_— T — —— : 
1987 1988 1989 
Année 
B Demandes reçues © Inventaire de tous les cas 


L'expérience ne nous a pas encore permis de déterminer avec certitude s’il s’‘avérera 
possible d’atteindre l'objectif de temps moyen de traitement de quatre mois avec le 
personnel actuel, sans toutefois nuire a la qualité du processus de prise de décisions. 
Nous serons mieux placés pour le faire a la fin de 1990. 


Il va sans dire qu'il faut évaluer le rendement du Tribunal en matière de temps de 
traitement en fonction de sa charge de travail et de sa production réelles. En 1989, le 
Tribunal a été saisi de 1 600 appels et requêtes diverses. Il a réglé 2 000 appels et re- 
quêtes diverses et communiqué 1 125 décisions écrites motivées après avoir tenu des 
audiences complètes. 


Je suis particulièrement heureux d'annoncer que le temps de rédaction des décisions 
s'est amélioré encore davantage depuis 1988. Le lecteur obtiendra des renseigne- 
ments précis au sujet de l'amélioration enregistrée à cette importante étape du 
traitement des cas dans la partie de ce rapport consacrée à la procédure d'appel. 


LA LOI 162 - SES REPERCUSSIONS 
SUR LE TRIBUNAL 


La Loi 162, loi modifiant la Loi sur les accidents du travail, a reçu la sanction royale à la 
fin de 1989. II faut donc tenir compte de ses répercussions pour évaluer le rendement 
du Tribunal et estimer son aptitude à respecter des normes de production convena- 
bles. Les observations formulées auparavant au sujet de la capacité de production du 
Tribunal reposent bien entendu sur la supposition qu'il disposera du personnel né- 
cessaire pour faire face à l’alourdissement notable de la charge de travail qui en 
découlera probablement. 


Il est impossible pour le moment d'estimer avec précision l'ampleur des répercus- 
sions que la Loi 162 aura à long terme sur la charge de travail du Tribunal. 
Cependant, il n’y a pratiquement aucun doute qu’elles seront de grande envergure. 


La nouvelle loi prévoit des dispositions relatives au réembauchage qui investissent le 
Tribunal d’une toute nouvelle compétence dont un trés grand nombre d’appels pour- 
rait relever. De méme, bien que les répercussions des dispositions relatives aux 
pensions pour pertes de gains ne soient pas manifestes pour le moment, il semble rai- 
sonnable de prévoir qu’elles accroitront aussi considérablement la charge de travail 
du Tribunal. Ces derniéres dispositions, qui en remplacent d’autres, auront pro- 
bablement un effet a double tranchant sur la charge de travail. 


Les dispositions modificatives en matière de pertes de gains, prévoyant que chaque 
cas d’invalidité partielle permanente devra faire l’objet de quatre décisions distinctes, 
entraîneront probablement une augmentation générale du nombre d'appels par cas. 
La première décision à laquelle je fais référence est celle relative à la détermination 
du montant de la somme forfaitaire pour pertes non économiques, alors que les trois 
autres sont les décisions relatives aux pertes de gains. Chacune de ces décisions peut 
être portée en appel. Qui plus est, l’enjeu de chaque appel sera plus important car, 
sous le régime d’un système fondé sur les pertes de gains, une proportion plus élevée 
d'appels pourrait porter sur des demandes de pensions intégrales. Un plus grand 
nombre de demandes rejetées par les commissaires d'audience de la Commission des 
accidents du travail (CAT) pourrait donc donner lieu à des appels. 


Par ailleurs, il est manifeste que le Tribunal devra assurer un traitement particulière- 
ment rapide des cas relevaht de la Loi 162. Il devra se montrer particulièrement 
diligent à l'égard des cas soulevant la question du droit au réembauchage, mais aussi 
à l'égard des premiers appels interjetés sous le régime des dispositions relatives au 
système fondé sur les pertes de gains dans les cas d'invalidité partielle permanente. 
L'évolution harmonieuse de ce nouveau système dépendra du règlement expéditif 
des questions d'interprétation que soulèveront les premiers cas. 


Le Tribunal a donc adopté une stratégie en prévision d’une augmentation notable de 
sa charge de travail. Au cours des prochains mois, il prendra les mesures nécessaires 
afin de pouvoir accroître son personnel de 20 pour cent dès qu'il sera saisi de la pre- 
miere série de cas relevant de la Loi 162. Il fonctionnera ensuite avec ce personnel 
jusqu’a ce que l’expérience permette d’évaluer avec précision le personnel nécessaire. 


QUI A LE DERNIER MOT AUX TERMES 
DU PARAGRAPHE 86n 


Comme il était indiqué dans le Troisième rapport, la question de l’étendue des pou- 
voirs que le paragraphe 86n de la Loi confère au Conseil d’administration de la CAT 
demeurait toujours en suspens à la fin de 1988. 


La décision n° 42/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 85, est la premiere décision du Tribunal qui 
traite de cette question. Dans ce cas, le Tribunal avait à déterminer s’il devait ou non 
se conformer a la décision a laquelle le Conseil d’administration de la CAT était par- 
venu au terme de sa révision de la décision n° 72 (1986), 2 W.C.A.T.R. 28. 

(“Révision 86n” s’entend ci-après des décisions rendues par la CAT en vertu du 
paragraphe 86n.) Les questions de principes directeurs et de droit général traitées 
dans la révision 86n de la décision n° 72 portaient sur l'interprétation de la définition 
légale du terme “accident” et sur l’applicabilité de la clause de présomption du 
paragraphe 3(3). (À la fin de 1989, la révision 86n de la décision n° 72 était la seule 
décision de cet ordre communiquée par la CAT.) 


Le jury auteur de la décision n° 42/89 devait déterminer quel serait l'effet d'une 
révision 86n sur les décisions subséquentes du Tribunal. Toutefois, alors qu'il étu- 
diait cette question, le jury a estimé qu'il devait d’abord examiner l'effet d’une telle 
révision sur le cas qui en faisait l’objet. 


Dans la décision n° 42/89, la majorité du jury a conclu qu’une révision 86n du Conseil 
d’administration de la CAT a force exécutoire sur le cas qui en fait l’objet, à condition 
qu’elle soit dûment autorisée par le paragraphe 86n et que la Commission n’y dé- 
passe pas sa compétence par manque manifeste de motifs valables. Le jury a 
également conclu qu’une révision 86n n’a pas force exécutoire sur les cas subsé- 
quents. Lors de l'examen des cas subséquents, le Tribunal doit donc, à moins d’avoir 
de fortes raisons de ne pas le faire, traiter avec déférence les décisions découlant des 
révisions 86n et en respecter les principes, mais il n'est pas lié par de telles décisions. 


En ce qui concerne la conduite à adopter à l'égard des questions de fond en litige 
dans le cas faisant l’objet de la décision n° 42/89, la majorité du jury a conclu que le 
Tribunal avait le devoir de n’observer ni les principes énoncés dans la décision n° 72 
ni ceux se dégageant de la révision 86n de cette décision en ce qui concerne la défini- 
tion du terme “accident” et son effet sur l’applicabilité de la clause de présomption. 
Le jury a motivé sa décision en expliquant que les principes énoncés dans la décision 
et dans la révision dont elle a fait l’objet étaient fondamentalement erronés et que le 
Tribunal devait les ignorer malgré la déférence dont il doit faire preuve à l'égard des 
révisions 86n. 


Lors de sa réunion du 10 novembre 1989, le Conseil d'administration de la CAT a exa- 
miné la décision n° 42/89 pour déterminer s’il devait la réviser en vertu du 

paragraphe 86n, et les membres du Conseil ont décidé de ne pas le faire. Le Conseil a 
donné au personnel de la CAT la directive de mettre à exécution la décision n° 42/89 
mais de continuer à appliquer les principes relatifs à la définition du terme “acci- 
dent” et à l’applicabilité de la clause de présomption énoncés dans la révision 86n 
de la décision n° 72, et ce, jusqu’à ce que le Tribunal rende de nouvelles décisions trai- 
tant de ces questions. 


Les membres du Conseil ont aussi demandé au personnel de la Commission de pro- 
céder a un examen général des politiques de la CAT régissant l’admissibilité à des 
indemnités dans le cas des travailleurs qui décèdent au cours de l'emploi de causes 
inconnues ou incertaines — question que le Tribunal avait examinée dans la 

décision n° 42/89. 


Étant donné que la Commission a décidé de ne pas réviser la décision n° 42/89, ses 
agents continuent à observer les principes relatifs à la définition du terme “accident” 
se dégageant de la révision 86n de la décision n° 72, alors que le Tribunal demeure 
libre de se conformer à l'interprétation à laquelle il est parvenu dans la 

décision n° 42/89. Heureusement, la question en litige est telle que peu de cas subiront 
le contrecoup de cette divergence d'opinions; toutefois, il ne s’agit pas d’une situa- 
tion qui devrait s’éterniser. 


Je suis personnellement d’avis que le Conseil d’administration de la CAT a raison de 
procéder aux fastidieuses et onéreuses révisions 86n seulement après avoir parfaite- 
ment cerné la nature et les dimensions d’un conflit entre la Commission et le 
Tribunal et avoir tenté sans succès de le résoudre ou de concilier les positions en pré- 
sence par d’autres moyens ou par le truchement d’autres procédures. Selon moi, en 
décidant de ne pas réviser la décision n° 42/89, le Conseil d’administration a démontré 
qu'il considère le paragraphe 86n comme un dernier recours. 


Il convient évidemment de noter que les membres du Conseil d'administration ont 
ainsi négligé de saisir une occasion de déterminer qui, du Conseil d'administration 
de la Commission ou du Tribunal, a le dernier mot aux termes du paragraphe 86n. 


QUESTIONS DE FOND 
TRAITEES EN 1989 


Le Troisiéme rapport donnait un apercu de quelques-unes des questions juridiques, 
médicales et factuelles que le Tribunal avait été appelé a examiner en 1988. Les pages 
qui suivent présentent, sans ordre d’importance, les faits nouveaux relatifs a cer- 
taines de ces questions et quelques questions nouvelles examinées en 1989. 
Malheureusement, dans un rapport de cette taille, il n’est possible de donner qu’un 
apercu de certaines questions. 


EVALUATION DES PENSIONS 


Les jurys du Tribunal continuent à acquérir de I’expérience dans le difficile domaine 
de l'évaluation des pensions. Le Tribunal procède encore de la même manière à cet 
égard et fait le même usage du barème des taux. 


Bien qu'il accepte souvent l'opinion des spécialistes de la Commission, le Tribunal a 
effectué sa propre évaluation dans nombre de cas lorsque de nouveaux éléments de 
preuve médicale d'importance lui avaient été soumis ou lorsque certains aspects de 
l'invalidité n'avaient pas été évalués par la Commission. Dans la décision n° 172/89 
(1989), 11 W.C.A.T.R. 292, par exemple, le Tribunal a accepté le rapport d’un psycho- 
logue indiquant que d’autres tests auraient dû être administrés et a accordé au 
travailleur une pension pour l’affaiblissement de ses facultés cognitives, trouble que 
la Commission n'avait pas évalué. 


Le Tribunal a conclu dans plusieurs cas qu’un barème de référence différent de celui 
utilisé par la Commission reflétait plus exactement la diminution de la capacité de 
gain du travailleur. Se reporter aux décisions n° 407/88 (1989), 12 W.C.A.T.R. 30, et 
n° 31/89 (1989), 10 W.C.A.T.R. 351. 


Dans d’autres instances, le Tribunal a conclu qu’il convenait de renvoyer le cas a la 
Commission pour qu’elle procède a une nouvelle évaluation à la lumière des consta- 
tations auxquelles il était parvenu. 


Quelques cas dont le Tribunal a été saisi l'ont amené à examiner dans quelle mesure 
la politique de la Commission régissant l'indemnisation des travailleurs atteints de lé- 
sions multiples (quelquefois désigné par l’expression “facteurs multiples”) respecte 
les exigences imposées par la Loi. Se reporter aux décisions n° 831/88 (1989), 

10 W.C.A.T.R. 334, et n° 412/88 (28 juin 1989) (Ont. W.C.A.T.). Enfin, la 

décision n° 275/89] (23 mai 1989) (Ont. W.C.A.T.) renferme d’intéressantes observa- 
tions au sujet de l’évaluation des pensions dans le cas des travailleurs atteints de la 
maladie du doigt mort. 


SUPPLEMENTS DE PENSION 


Le Tribunal continue bien sûr à considérer que la Loi permet de tenir compte des cir- 
constances modifiant les conséquences d’une lésion sur la capacité de gain d’un 
travailleur particulier par le truchement des suppléments de pension et des supplé- 
ments pour travailleurs agés, et non par le truchement des dispositions relatives aux 
pensions. (Cela est appelé a changer dans les cas d’invalidité permanente relevant de 
la Loi 162.) 


Il semble a présent généralement reconnu que la Commission a au moins le pouvoir 
discrétionnaire, si ce n’est l’obligation, de refuser de verser tout supplément pour 
réadaptation qui ne viserait pas des fins de réadaptation. Un précédent à l'effet du 
contraire est maintenant considéré comme une irrégularité. 


La décision n° 915 (1987), 7 W.C.A.T.R. 1, ne précise pas si cette analyse s'applique éga- 
lement aux compléments salariaux. Cependant, dans la décision n° 466/89 (1989), 11 
W.C.A.T.R. 369, le Tribunal a conclu que de tels compléments n'étaient pas de nature 
permanente et qu’ils devaient être versés à des fins de réadaptation. 


Le Tribunal a examiné la question de l’admissibilité à des suppléments pour réadap- 
tation dans divers contextes. Pour se renseigner à ce sujet, le lecteur peut se reporter 
à la décision n° 399/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 205, qui porte sur le cas d’une travailleuse 
qui s'était réinstallée dans une région au taux de chômage élevé pour vivre avec sa fa- 
mille. Dans la décision n° 375/89 (1989), 11 W.C.A.T.R. 336, le Tribunal a fait une 
distinction entre le droit à des suppléments temporaires pour réadaptation profes- 
sionnelle et le versement discrétionnaire de suppléments à des fins de réadaptation. 
Bien qu’un travailleur ne compromette pas nécessairement son admissibilité à un 
supplément en élaborant son propre programme de réadaptation, il ne peut exiger 
que la Commission lui verse des indemnités pour payer les frais engagés dans un tel 
programme. 


DISPOSITIONS PROVISOIRES DE LA LOI 162 RELATIVES AUX 
SUPPLEMENTS 


Les seules dispositions de la Loi 162 qui sont entrées en vigueur en 1989 sont les dis- 
positions provisoires relatives au versement de suppléments. Dans les décisions 

n° 729/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 251, et n° 916/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 279, le Tribunal 
a conclu que ces dispositions provisoires n’ont pas un effet rétroactif. Les disposi- 
tions relatives au versement de suppléments adoptées auparavant ont cessé d’avoir 
force de loi à compter du 26 juillet 1989, mais elles continuent à s'appliquer a l’admis- 
sibilité aux indemnités accumulées avant cette date. 


BASE SALARIALE 


Le Tribunal a été saisi de nombreux cas soulevant des questions relatives a la détermi- 
nation de la base salariale servant au calcul des indemnités. Par exemple, ila 
examiné si les pourboires, les primes et les avantages sociaux (p. ex.: assurance den- 
taire et repas gratuits) doivent être comptés dans le calcul de la base salariale. Il a 
aussi examiné comment traiter les gains des travailleurs qui touchent des prestations 
d’assurance-chômage pendant des périodes d’arrét de travail. Enfin, il a examiné 
comment traiter les suppléments versés dans le cadre des programmes de création 
d'emplois. Se reporter aux décisions n° 934/88 (1989), 11 W.C.A.T.R. 196, n° 994/881 
(1989), 11 W.C.A.T.R. 210, n° 994/88 (1989), 12 W.C.A.T.R. 61, et n° 712/87 (1989), 

12 W.C.A.T.R. 7. 


MALADIES PROFESSIONNELLES 


L’indemnisation des travailleurs atteints d’invalidités attribuables à l'exposition a 
des produits chimiques ou à des procédés de travail continue toujours à poser des 
difficultés particulières sur le plan juridique. Le Tribunal considère que de telles in- 
validités donnent droit a des indemnités lorsqu’elles concordent avec la définition 
légale de “maladies professionnelles” et ses dispositions afférentes ou avec la notion 
d’incapacité survenant du fait et au cours de l'emploi de la définition du terme 
“accident”. 


Les cas de maladies professionnelles sont souvent compliqués parce que la médecine 
ne parvient pas encore à cerner avec précision les causes de certaines maladies. Il ar- 
rive parfois qu'il soit impossible de procéder à une investigation médicale des causes 
parce que les conditions auxquelles la maladie est attribuée n'existent plus et ne peu- 
vent être reproduites. Malgré le manque de théories scientifiques sûres, le Tribunal a 
l'obligation légale de trancher la question de l'indemnisation. Dans ces cas, la Loi 


l’oblige à se prononcer en se fondant sur la prépondérance des probabilités. Les déci- 
sions n° 94/87 (1989), 11 W.C.A.T.R. 20, et n° 214/89 (22 mars 1989) (Ont. W.C.A.T.) 
fournissent d’intéressantes analyses de la question. 


Il a cependant été soutenu que les dispositions légales relatives à la présomption ne 
s'appliquent pas lorsque les causes d’une maladie sont tout à fait inconnues. Dans 
de telles circonstances, la maladie ne peut pas non plus être considérée comme une 
incapacité indemnisable puisqu'il est impossible de démontrer si elle est reliée au lieu 
de travail. Se reporter à la décision n° 328/89 (1989), 11 W.C.A.T.R. 321. 


STRESS PROFESSIONNEL 


Le Troisième rapport faisait état des difficultés que pose la question du droit à des in- 
demnités pour stress professionnel et donnait un aperçu des conclusions de la 
majorité du jury auteur de la décision n° 918 (1988), 9 W.C.A.T.R. 48. Dans sa déci- 
sion, ce jury proposait de répondre aux questions suivantes: 


a) Le travailleur avait-il été soumis à un stress professionnel indiscutablement 
supérieur à celui ressenti par le travailleur moyen? 


b) Si tel n'était pas le cas, existait-il des preuves manifestes et convaincantes 
que le stress ordinaire habituellement relié au lieu de travail avait joué un 
rôle prépondérant dans la lésion? 


Le jury auteur de la décision n° 536/89 (6 septembre 1989) (Ont. W.C.A.T.) a mis en ap- 
plication le test proposé dans la décision n° 918. Il a toutefois conclu que l’état d’ esprit 
de la travailleuse ne la rendait pas admissible à des indemnités parce qu'il ne résul- 
tait pas de troubles psychologiques mais plutôt de la colère et de la frustration 
causées par des problèmes dans les relations patronales-ouvrières. 


La décision n° 1018/87 (1989), 10 W.C.A.T.R. 82, présente un examen détaillé de la 
décision n° 918. Le jury a interprété la référence au “facteur de prépondérance” 
comme un moyen de surmonter les problèmes inhérents au règlement des demandes 
relatives au stress mental graduel et non comme un moyen de créer une norme de 
preuve plus élevée. Dans la décision n° 1018/87, le jury s'est dit d'avis que dans le cas 
des demandes relatives au stress, comme dans toute autre demande, il s’agit de déter- 
miner, selon la prépondérance des probabilités, si la preuve démontre que le travail a 
contribué de façon importante à l’invalidité. Le jury a appliqué cette norme et a 
conclu que l'invalidité n'était pas indemnisable. 


TROUBLES DE LA DOULEUR CHRONIQUE ET FIBROMYALGIE 


L’annexe C du Troisième rapport présentait une analyse assez détaillée de l’évolution 
du traitement des cas portant sur les troubles de la douleur chronique et la fibromyal- 
gie. Comme c'était alors le cas, le Tribunal n’a toujours pas eu l’occasion d'examiner 
si la politique de la Commission sur les troubles de la douleur chronique respecte la 
Loi, et la Commission n’a pas encore terminé sa révision des décisions que le Tribu- 
nal a rendues à l'égard de certains cas de douleur chronique (révision 86n). 


Par contre, le Tribunal a été appelé à examiner s’il a la compétence requise pour 
régler les demandes pour troubles de la douleur chronique que les agents de la 
Commission considèrent comme des demandes pour troubles organiques. Dans la 
décision n° 638/891 (1989), 12 W.C.A.T.R. 221, le jury a conclu que le Tribunal est inves- 
ti d’une vaste compétence à l'égard des questions générales d'admissibilité et qu'il 
est préférable d'évaluer l’admissibilité en considérant l’invalidité comme un tout. 
Dans ce cas, le commissaire d'audience avait été saisi de la preuve relative aux 
troubles de la douleur chronique, et le jury devait considérer sa décision comme défi- 
nitive autant à l'égard des troubles de la douleur chronique que des troubles 
organiques. Dans la décision n° 693/891 (1989), 12 W.C.A.T.R. 236, le Tribunal a conclu 


8 


qu'il ne perd pas la compétence lui permettant de considérer l’invalidité comme un 
tout même s’il renvoie une demande pour douleur chronique à la Commission en 
vertu de sa Directive de procédure n° 9 (1987), 7 W.C.A.T.R. 444. Le fait que la Commis- 
sion ait élaboré une nouvelle politique pouvant toucher à la question n’a pas d'effet 
rétroactif qui supprimerait la compétence du Tribunal. 


Le Tribunal n’est pas contraint de renvoyer un cas à la Commission lorsqu'il décou- 
vre au moment de l’appel qu'il peut soulever des questions relatives aux troubles de 
la douleur chronique. Cependant, le Tribunal peut, au moment de déterminer les 
questions en litige faisant l’objet de l'appel, conclure qu’il convient de renvoyer le cas 
afin que la Commission soit la première à examiner la question de la douleur 
chronique. Se reporter, par exemple, à la décision n° 501/89 (27 novembre 1989) 

(Ont. W.C.A.T.). 


La décision n° 915 a soulevé la notion de “confiance particulière”. Dans la 

décision n° 182 (1988), 10 W.C.A.T.R. 1, le jury a examiné les principes qui découlent 
de cette notion et sa légitimité. Dans la décision n° 915, le jury a estimé normal que le 
demandeur doive inspirer une confiance particulière aux preneurs de décisions dans 
les cas de douleur chronique étant donné que l'évaluation de la légitimité de la 
demande en question repose sur ses dires. La majorité du jury auteur de la 

décision n° 182 a refusé d'accorder l’admissibilité pour douleur chronique parce 
qu’elle ne ressentait pas cette confiance particulière après avoir examiné la preuve 
qui lui avait été soumise. Le membre dissident a cependant critiqué cette notion. 


Le Troisième rapport faisait état du fait que la Commission avait décidé de ne pas in- 
clure la décision n° 18 (1987), 4 W.C.A.T.R. 21, dans sa révision 86n des cas de douleur 
chronique. Dans cette décision, le Tribunal reconnaît la fibromyalgie comme étant 
un état pathologique organique pouvant découler d’un accident de travail. Plutôt 
que de réviser cette décision, la Commission avait demandé à son personnel de procé- 
der à un examen de sa politique sur la fibromyalgie. Vu les similarités entre le 
diagnostic de la fibromyalgie et celui de la douleur chronique, le personnel de la 
Commission a recommandé, et le Conseil d'administration a accepté, d'inclure la fi- 
bromyalgie sous le régime de sa politique sur les troubles de la douleur chronique et 
de sa directive voulant qu'aucune indemnité ne soit versée pour la période 
antérieure au 3 juillet 1987. 


Dans la décision n° 669/87F (1989), 11 W.C.A.T.R. 54, le Tribunal a conclu, apres avoir 
examiné une quantité considérable d’éléments de preuve médicale, que les indices et 
les symptômes sont assez constants et présentent assez d’évidence clinique pour re- 
connaître la fibromyalgie en tant que syndrome. Le Tribunal a décidé qu'il ne lui 
incombait pas de déterminer si la politique de la Commission sur les troubles de la 
douleur chronique convenait aux cas de fibromyalgie mais que, d’une manière ou 
d’une autre, la disposition restreignant la période de rétroactivité ne s’appliquait pas 
à de tels cas. Contrairement à ce qu'elle faisait dans les cas de douleur chronique, la 
Commission avait accordé par le passé des indemnités en fonction du fond de cas 
particuliers. C'était des problèmes relatifs à la preuve, plutôt que des questions de 
principe, qui avaient empêché l'indemnisation dans certains cas de fibromyalgie. 


Subséquemment, le Conseil d'administration de la Commission a adopté le raisonne- 
ment formulé dans la décision n° 669/87F du Tribunal et a rendu les indemnités pour 
fibromyalgie intégralement rétroactives. 


LES RELATIONS ENTRE LE TRIBUNAL ET L'OMBUDSMAN 


Le Troisième rapport indiquait que le Tribunal avait reçu le premier rapport de l'Om- 
budsman à l'appui d'une plainte portée contre une de ses décisions. L’Ombudsman 
y recommandait que le Tribunal reconsidère une partie de la décision n° 95 (1986), 
2W.C.A.T.R. 61. 


Le président a confié le rapport de ‘Ombudsman à un jury en lui demandant de 
déterminer: 


a) si le dépôt d’un rapport par l'Ombudsman constituait un motif suffisant 
pour que le Tribunal juge bon de revenir sur une décision en vue de la 
reconsidérer; 


b) dans la négative, si le contenu du rapport justifiait de revenir sur la décision 
concernée et de la reconsidérer pour déterminer si elle devait être modifiée 
de quelque manière que ce soit. 


S'il répondait affirmativement à l’une ou l’autre de ces questions, ce même jury 
devait ensuite reconsidérer la décision en question. 


Le Tribunal a invité le bureau de l'Ombudsman à participer aux audiences tenues 
pour examiner ces questions mais il a décliné l'invitation parce qu'il ne se considérait 
pas comme une partie dans la procédure du Tribunal. Le travailleur à l’origine de la 
plainte que l‘Ombudsman avait accueillie en partie était représenté à l'audience par 
son représentant personnel, et non par l'Ombudsman. 


Dans la décision n° 95R (1989), 11 W.C.A.T.R. 1, le jury est parvenu à la conclusion que 
le Tribunal doit appliquer ses modalités de reconsidération en deux étapes lorsqu'il 
répond à un rapport de l'Ombudsman. Il a l'obligation d'évaluer la question du test- 
seuil pour déterminer si une décision doit être reconsidérée, et il ne peut déléguer 
cette tâche, même à l'Ombudsman. Le Tribunal doit aussi inviter les parties à partici- 
per à une audience en bonne et due forme au cours de laquelle les questions du 
test-seuil et de la reconsidération sont examinées. Puisque l'Ombudsman est une en- 
tité impartiale, même la partie à l’origine d’une plainte peut présenter des arguments 
supplémentaires sur ces questions, ce qui a été le cas dans la décision n° 95R. 


Le jury auteur de la décision n° 95R a aussi analysé les normes de révision du Tribunal 
par rapport a celles de l'Ombudsman, tout en examinant leurs intérêts respectifs. En 
plus de tenir compte du cas visé par un rapport de l‘Ombudsman, le Tribunal doit 
prendre en considération le fait qu’il doit servir l'intérêt de la justice dans l’ensemble 
des cas dont il est saisi. Par conséquent, le Tribunal doit respecter des normes 
élevées en ce qui concerne la reconsidération de ses décisions. 


Le jury a conclu qu'il ne convenait pas de revenir sur la décision n° 95 puisque, même 
en les prenant au pied de la lettre, les faits et les arguments présentés par l'Ombuds- 
man et les parties n’identifiaient pas un vice de forme pouvant être assez sérieux 
pour justifier une reconsidération. 


LES LESIONS PROFESSIONNELLES ET L’ADMISSIBILITE À 
L’INDEMNISATION 


Comme je l’indiquais précédemment, le Tribunal a eu l’occasion pour la première 
fois de se prononcer sur les conclusions auxquelles le Conseil d’administration de la 
Commission était parvenu au terme d’une révision en vertu du paragraphe 86n. 
Dans la décision n° 42/89, il a en effet exprimé son désaccord avec le point de vue ex- 
primé par le Conseil au sujet de la définition du terme “accident” et de l’applicabilité 
de la clause de présomption prévue au paragraphe 3(3) de la Loi. Le cas en question 
a aussi fourni au Tribunal une occasion de tenter de concilier plusieurs de ses déci- 
sions qui semblaient donner des interprétations conflictuelles de la clause de 
présomption et, en particulier, de la norme de preuve pour réfuter la présomption de 
lien avec l'emploi lorsqu'elle existait. Cette décision porte sur l’épineux problème de 
l'approche à adopter à l'égard du droit à l'indemnisation dans le cas d’un travailleur 
trouvé sans vie, seul sur des lieux de travail isolés, lorsque la cause du décès est 
inconnue. 


ÔE 


Dans plusieurs décisions rendues en 1989, le Tribunal a examiné sous différents 
angles les questions relatives au lien avec l'emploi. Ces questions sont encore loin 
d’étre résolues. 


La notion de lésion corporelle causée par un accident survenu au cours et du fait de 
l'emploi a continué à être particulièrement problématique en 1989 dans les cas où des 
circonstances exceptionnelles, telles que la bagarre ou l'abus de drogues, entouraient 
l'accident. 


AUTRES 


Le Tribunal a été appelé à se prononcer sur plusieurs autres questions allant de l’ad- 
missibilité à des indemnités dans des cas de crises cardiaques survenues au cours de 
l'emploi [décisions n° 10/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 138, n° 11/89 (7 mars 1989) (Ont. 
W.C.A.T.) et n° 42/89] à la distinction entre exploitants indépendants et travailleurs 
[décisions n° 860/88 (20 juin 1989) (Ont. W.C.A.T.) et n° 813/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 
269] et à la non application de la disposition de la Loi prévoyant la suppression du 
droit d’intenter une action en justice dans le cas d’un accident ayant trop peu de lien 
avec l'emploi [décision n° 701/88 (1989), 11 W.C.A.T.R. 150]. 


Pendant la période visée par ce rapport, le Tribunal a également examiné plusieurs 
cas soulevant des questions présentant un intérêt particulier pour les employeurs. A 
ce sujet, le lecteur peut se reporter aux décisions n° 845/88 (1989), 11 W.C.A.T.R. 154, 
n° 94/89 (1989), 11 W.C.A.T.R. 260, et n° 563/87 (6 janvier 1989) (Ont. W.C.A.T.), qui 
traitent des cotisations de démérite, et aux décisions n° 131/87 (1989), 

10 W.C.A.T.R. 51, et n° 234/89 (1989), 12 W.C.A.T.R. 181, qui portent sur la 
classification des employeurs. 


Enfin, le Tribunal a été amené à examiner l’unicité de son rôle en tant que tribunal in- 
vesti de la compétence de mener des enquêtes, et il a eu l’occasion de parfaire ses 
méthodes et procédures. A titre d’exemples, mentionnons: la décision n° 40/87 (1989), 
10 W.C.A.T.R. 33, qui traite des limites devant s’appliquer au contre-interrogatoire 
lors du témoignage de travailleurs souffrant de problemes de santé; la décision 

n° 1248/87R (1989), 11 W.C.A.T.R. 103, qui porte sur la fonction et la légitimité de la 
regle de trois semaines observée par le Tribunal en matiére de divulgation de docu- 
ments; les décisions n° 355/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 194 et n° 580/87 

(28 décembre 1988) (Ont. W.C.A.T.), dans lesquelles le Tribunal a examiné si la doc- 
trine de préclusion s’applique aux instances relevant de sa compétence. En ce qui 
concerne la question du rappel du trop-percu, le Tribunal a examiné si ses obliga- 
tions a l’égard du fond du droit et de l'équité l’autorisent à évoquer la doctrine de la 
confiance préjudiciable de l’innocent. Se reporter à la décision n° 182. 


LES RÉVISIONS JUDICIAIRES 


En 1989, le Tribunal a été notifié de demandes de révisions judiciaires visant les 
décisions n° 799/87 (3 septembre 1987) (Ont. W.C.A.T.) et n° 462/88 (23 novembre 1988) 
(Ont. W.C.A.T.). Ces deux décisions portaient sur des requétes en vertu de 

l’article 15 de la Loi. Dans la décision n° 799/87, le Tribunal est parvenu à la conclu- 
sion que la Loi supprimait le droit du travailleur d’intenter une action. La demande 
de révision judiciaire visant cette décision est encore en suspens. Dans la 

décision n° 462/88, le Tribunal est parvenu à la conclusion qu'il n’avait pas la compé- 
tence requise pour déterminer si la Loi supprimait le droit d’intenter une action en 
Pennsylvanie. La Cour divisionnaire a entendu ce cas le 7 février 1990 et a rejeté la 
demande en déclarant ce qui suit: 


= ||) = 


Nous sommes d'avis que le Tribunal d'appel n'a pas commis d'erreur en concluant 
que les mots “en Ontario” sont sous-entendus dans l'article 15 de la Loi sur les 
accidents du travail. Nous sommes d'avis que le Tribunal d'appel a exposé avec soin 
son examen de la question, qu'il a clairement tranché la question et qu'il a rendu une 
décision appropriée. Nous ne pouvons pas ajouter grand chose a cette décision. 


[Traduction] 


La décision n° 698L (17 février 1987) (Ont. W.C.A.T.) a aussi fait l’objet d’une demande 
de révision judiciaire. La Cour divisionnaire a entendu cette demande le 
13 janvier 1989 et l’a rejetée en déclarant ce qui suit: 


Nous ne croyons pas que le Tribunal soit contraint d'accorder l'autorisation 
d'interjeter appel simplement parce qu'il aurait pu rendre une décision différente. 
Cela ne signifie pas nécessairement qu'il existe de bonnes raisons de mettre en doute 
l'exactitude de la décision. 


[Traduction] 


Quatre autres demandes de révision judiciaire ont été déposées et retirées par leur au- 
teur. Elles visaient les décisions n° 510/87 (3 avril 1989) (Ont. W.C.A.T.), n° 60/88 

(18 mars 1988) (Ont. W.C.A.T.), n° 198/88 (29 avril 1988) (Ont. W.C.A.T.) et n° 199/88 
(29 avril 1988) (Ont. W.C.A.T.). 


En plus des demandes de révision judiciaire énumérées ci-dessus, le Tribunal d'appel 
a aussi été mélé a une demande visant la décision n° 696/88 (1989), 10 W.C.A.T.R. 308, 
qui avait été déposée devant la Cour suprême de l'Ontario en vertu de la règle n° 14 
des Règles de procédure civile [En l’affaire: Société canadienne des postes et Syndicat des 
postiers du Canada et al.; Tribunal d'appel des accidents du travail, intervenant (1989), 

70 OR. (2d) 394)]. 


ne 






Vs 


gener JO | 
| Eu 


bale us iSite 
+ ye 0 ils sleaya 





pe 3 1eae 
| eap'n lo 
, eric: 


LA ake 
P ROC É D U R Er ae tion et traitement facets a des = 


| 


oes Service de réception des 
D ? A i ce ie L L — J = sil nouveaux dossiers 


























i = =] Conseils juridiques 
F | ribuna 
Traitement au stade Travailleurs juridiques 


| 


_ préalable é al’ audience Agent de liaison médicale 
| Rédacteurs de 


: | =2 | ces de cas 




















Inscription au calendrier inscription des cas oe 
es audiences calendr rier des audiences 
Audiences ee | 





unal 


Travailleurs juridiques 
(stade préalable à |’ hs | 


Conseils idques | 


Traitement au stade  — 
postérieur a l'audience 


Tere ee Jury CO 
Jury Rédaction des décisions oh _| 


Bureau du conseiller 


Ae eee oh ee juridique du president 


Agent de liaison médicale 7 


Bureau des conseillers 
juridiques du Tribunal 


a NES Jur 
Communication des ee 
décisions Service d'information 
e 2 e e e e e 
Services spéciaux et services administratifs 
e Services informatiques ¢ Centre de reprographie et salle du courrier 
e Finances et administration e Services de secrétariat 
e Service de traduction française e Services de la statistique 
e = Service d'information e Traitement des données et rapports 
e Bibliotheque et division des publications e Centre de traitement de texte 


¢ Service du personnel et des ressources humaines 


ia 


LE 
RAPPORT 
DU TRIBUNAL 








VICE-PRESIDENTS, MEMBRES ET PERSONNEL CADRE 


L. lecteur trouvera à l'annexe B une liste des vice-présidents, des membres, du 
personnel cadre et des conseillers médicaux en fonction en 1989, un compte rendu 
des changements apportés aux listes d’assesseurs ainsi qu'un bref résumé du 
curriculum vitae des vice-présidents et des membres nommés récemment. 


LA PROCÉDURE D'APPEL ! 


RECEPTION DES APPELS ET TRAITEMENT DES NOUVEAUX DOSSIERS 


Service des dossiers 


Le Service des dossiers se compose de la salle du courrier et du centre de reprogra- 
phie. Il s’agit d’un service de soutien administratif qui contribue au fonctionnement 
du Tribunal. 


En 1989, le Tribunal a procédé à l'examen de son système de classement des dossiers 
pour déterminer s’il respectait les exigences prescrites par la Loi de 1987 sur l'accès à 
l'information et la protection de la vie privée. Cet examen a donné lieu à des recomman- 
dations portant notamment sur l'informatisation du système de gestion des dossiers, 
sur le renforcement des mesures visant à assurer la protection des renseignements 
personnels et sur la conservation des renseignements sur microfiches. Le Tribunal 
étudie présentement ces recommandations. 


Bureau des conseillers juridiques et Service de réception des nouveaux dossiers 


Le Tribunal a commencé à apporter des changements importants à son organisation 
en vue d'intégrer le Service de réception des nouveaux dossiers (SRND) au Bureau 
des conseillers juridiques du Tribunal (BCJT). 


En plus de recevoir toutes les demandes d’appel et les questions du public concer- 
nant les appels et la procédure d'appel, le SRND est en charge de tous les cas relevant 
de dispositions particulières de la Loi. Parmi ces cas, mentionnons: les appels en 
vertu de l’article 77, visant l'accès aux dossiers des travailleurs; les requêtes en vertu 
de l’article 21, ayant trait aux demandes d'examens médicaux des employeurs; les 
requêtes en vertu de l’article 15, portant sur le droit d’intenter une action en 
dommages-intéréts. Ces cas, qui constituent environ 30 pour cent des demandes sou- 
mises au Tribunal, soulèvent fréquemment des questions juridiques complexes. 


1 La procédure d'appel est représentée graphiquement ci-contre 


5 = 


L'intégration du SRND au BCJT vise a uniformiser et à accélérer le traitement de tous 
les cas dont le Tribunal est saisi. Les cas relevant de dispositions particuliéres de la 
Loi sont maintenant traités en suivant les mêmes modalités que celles s’appliquant 
aux autres cas. Ces modalités comprennent la préparation d’une description de cas 
par des rédacteurs affectés exclusivement à cette tâche et l'exécution de travaux 
préparatoires en vue de l'audience par des travailleurs juridiques. L'intégration du 
SRND au BCJT était en bonne voie de réalisation à la fin de 1989. 


Demandes reçues en 1989 
- par catégorie - 


à la décision 


(13,3 %) Paragraphe 860 


Articles 15, 21 et 77 
(30,6 %) 





Cas d’admissibilité (56,1 %) 


* Les cas au stade postérieur à la décision incluent les demandes de 
reconsidération, les requêtes de l'Ombudsman et les révisions judiciaires. 


TRAITEMENT AU STADE PRÉALABLE À L’AUDIENCE 


Bureau des conseillers juridiques du Tribunal 


La rationalisation des procédures du Tribunal et l'adoption de l'objectif de traitement 
complet de quatre mois en 1989 ont entraîné la restructuration du Bureau des conseil- 
lers juridiques du Tribunal (BCJT), soit notamment en y intégrant le Service de 
réception des nouveaux dossiers (SRND). Les avocats du BCJT contrôlent mainte- 
nant le traitement des cas portant sur des dispositions particulières de la Loi et 
continueront a le faire jusqu'au terme du processus d'intégration. 


Pour atteindre l'objectif de traitement de quatre mois, il faut que toutes les descrip- 
tions de cas soient préparées dans un délai prescrit en suivant un modèle préétabli. 
La phase de mise en oeuvre et de changement organisationnel était assez avancée à la 
fin de 1989. 


Les avocats continuent à revoir les cas les plus complexes pour vérifier s’il est néces- 
saire d'effectuer des recherches juridiques plus poussées ou d'obtenir des 
renseignements factuels ou des preuves médicales supplémentaires. L'agent de liai- 
son médicale a revu environ 300 descriptions de cas en 1989 afin d’aider les 
conseillers à déterminer s’il fallait obtenir des renseignements médicaux supplémen- 
taires et, lorsque c'était le cas, s'ils pouvaient être obtenus du médecin traitant ou 
d'un des assesseurs médicaux nommés en vertu du paragraphe 86h de la Loi. 


= 


Demandes recues en 1989 - par catégorie 


Description 1989 (12 mois) Pourcentage du 
total 
Nouveaux cas - par catégoriet 


Cas relevant de dispositions particulières de la Loi: 
Par. 860 44 
Art. 15 ( 


Art. 21 
Art. 77 9. 18,2 


Total partiel 

Admissibilité et autres: 
Pension 9 4 
Capitalisation 


Cotisation de l'employeur 
Admissibilité et autres 


Total partiel 
Non-compétence: 


Total partiel 


Total des demandes reçues: 1 396 86,7 


Cas au stade postérieur à la décision 
Demandes de révision judiciaire 2 


Requêtes de l'Ombudsman 
Demandes de reconsidération 


Total partiel 


Total de tous les cas soumis 1 611 100,0 


+ Basé sur la date de réception des dossiers de la CAT 


INSCRIPTION DES CAS AU CALENDRIER DES AUDIENCES 


En janvier 1989, le Service d'inscription des audiences, sous la direction de l’adminis- 
tratrice des appels, est passé au système d'inscription suivant: 


a) Inscription des cas aussitôt la rédaction des descriptions de cas terminée 
pour assurer la préparation en vue d’une audience à une date déterminée, 
même dans les cas exigeant des travaux préparatoires plus poussés. 


b) Inscription des cas selon un système de consentement modifié de sorte qu'ils 
soient inscrits dans un délai prescrit en vue d’une audience à une date con- 
venant aux parties. Lorsque les parties ne peuvent s'entendre sur une date, 
les cas sont inscrits à une date convenant à l'appelant. 


=e 


Profil des représentants 
Décisions communiquées en 1989 


Employeurs 
Type de representation Nombre de cas Pourcentage 
Service de l'indemnisation 18 2 
Expert-conseil 88 7 
Personnel de l'entreprise 186 16 
Bureau des conseillers du patronat 60 5 
Avocat 211 18 
Autres 123 10 
Sans représentant 495 42 
Total: 1 181 100 
Travailleurs 
Type de représentation Nombre de cas Pourcentage 

Expert-conseil 102 9 
Avocat 246 21 
Député provincial 32 3 
Bureau des conseillers des 341 29 
travailleurs 

Syndicat 201 17 
Autres 58 5 
Sans représentant 201 17 
Total: 1 181 100 


La réorganisation découlant de l’adoption de l'objectif de traitement complet de qua- 
tre mois a entraîné l'accumulation de dossiers en souffrance à l'étape de l'inscription 
des audiences. Le Service d'inscription des audiences devait inscrire 525 cas au mois 
de juin 1989; toutefois, ce nombre était passé à 328 à la fin de décembre 1989. 


De toutes les demandes d’audiences soumises au Tribunal en 1989, environ 

50 pour cent supposaient la tenue d’audiences à l'extérieur de Toronto. La période 
d'attente pour ces audiences est de deux à trois mois plus longue que dans le cas des 
audiences tenues a Toronto. En 1989, le Service d’inscription des audiences a com- 
mencé à s'attaquer à ce probleme en faisant venir a Toronto les parties et leurs 
représentants lorsqu’ils y consentaient et a inscrire des audiences supplémentaires a 
certains endroits. Cependant, a la fin de 1989, les parties de l’extérieur de Toronto at- 
tendaient toujours plus longtemps que celles de Toronto pour obtenir une audience. 
Le Tribunal projette la formation d’autres jurys a plein temps en vue de faire face aux 
répercussions de la Loi 162 ce qui devrait contribuer à accélérer le traitement des cas 
entendus à l’extérieur de Toronto. 


Le Tribunal a continué a confier les cas dont il était saisi a des jurys composés de 
membres a plein temps et de membres a temps partiel. En 1989, les membres a 
temps partiel ont participé a l’audition d’environ 30 pour cent des cas soumis au 
Tribunal. 


Les travailleurs juridiques affectés à la préparation des cas au stade préalable à l’au- 
dience s’assurent que tous les documents nécessaires à l’audience sont disponibles et 
que les parties sont prêtes à procéder. Cette fonction de liaison a contribué de façon 
inestimable au bon déroulement du processus d’audience. 


AUDIENCES 


Le calendrier des audiences du Tribunal prévoyait la tenue de 1 360 audiences en 
1989. Le Tribunal a entendu 1 061 cas en audience et a examiné 102 cas en rendant 
des décisions écrites sans tenir d’audience. Seulement 2,3 pour cent des cas ont été 
ajournés au stade préalable a l’audience grâce à la stricte observation de la politique 


=i 


prohibant les ajournements. Un pourcentage encore inférieur de cas ont fait l’objet 
d’un retrait ou d’un règlement avant audience. Enfin, 6,5 pour cent des cas ont été 
ajournés lors de l’audience. 


Les avocats du Bureau des conseillers juridiques du Tribunal ont assisté aux 
audiences dans environ dix pour cent des cas. En général, ils ont eu pour tâche 
d'interroger des experts médicaux et d’aider les jurys saisis de cas comportant des 
questions juridiques plus complexes ou de cas soulevant des questions nouvelles. 


Comme il est indiqué plus haut, le Tribunal est saisi d’un nombre croissant de de- 
mandes supposant la tenue d’audiences à l'extérieur de Toronto. Il est difficile 
d'assurer un traitement expéditif de ces demandes. Il n’y a qu’un ou deux représen- 
tants des travailleurs dans plusieurs régions (habituellement du Bureau des 
conseillers des travailleurs). Il est donc impossible de régler le problème en tenant 
plus d’audiences à ces endroits, car les représentants ne pourraient suffire à la tâche. 
Il est aussi impossible de régler le problème en faisant venir les parties et leurs repré- 
sentants a Toronto étant donné qu'il est difficile aux représentants de s’absenter de 
leur bureau pendant plusieurs jours. Il faut aussi souligner que les représentants du 
Bureau des conseillers des travailleurs ont une charge de travail très lourde au départ 
dans leur propre localité puisqu'ils s'occupent à la fois des audiences de la Commis- 
sion et de celles du Tribunal. 


Le Tribunal a pris certaines mesures pour que ces cas soient entendus plus rapide- 
ment en audience. Dans les cas qui s’y prêtaient, il a fait venir les parties et leurs 
représentants à Toronto en leur remboursant leurs dépenses. En 1989, il a aussi orga- 
nisé des tournées d’audiences supplémentaires à certains endroits, et ila entendu en 
conférence téléphonique certains cas simples, notamment des requêtes en vertu de 
l'article 21. En 1990, le Tribunal continuera à chercher des moyens d'améliorer les 
services qu'il offre aux parties de l'extérieur de Toronto 


Cas traités en 1989 


Augmentations mensuelles 














t Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juill Aout Sept Oct Nov Dec Tota 
Nouveaux cas 131 141 146 119 163 142 124 129 173 114 126 104 1-611 
Cas traités: 
+ Règlement 4 2 2 0 1 3 2 6 5 3 1 2 31 
+ Non-competence 6 9 6 2 10 13 6 7 12 8 15 15 109 
+ Retrait 25 11 38 35 34 38 28 34 33 34 24 33 367 
+ Cas clos (dossiers inactifs) 21 28 11 39 21 14 17 8 10 11 15 21 216 
+ Décisions communiquées 78 109 130 104 4 118 86 70 123 7 101 100 183 
+ Cas traités au stade postérieur a la decisiont 7 17 13 16 12 9 16 18 24 5 10 15 162 
Total 141 176 200 196 172 195 155 143 207 131 166 186 2068 
Notes 


t Les colonnes ne fournissent que les ajouts mensuels 


+ Cette ligne ne fournit que les demandes de reconsidération et les requêtes de l'Ombudsman 


19" 


En 1988 et en 1989, le Tribunal a commencé à tenir des journées d’audition des mo- 
tions afin d’accélérer le traitement des cas relevant des articles 21 et 77 de la Loi. Ces 
cas, qui sont de nature interlocutoire ou préliminaire, sont inscrits en vue d’une au- 
dience devant un jury qui entend trois ou quatre requétes similaires au cours d’une 
méme journée. Les parties ont un temps limite pour présenter leur cas, et le jury peut 
rendre sa décision oralement. 


A la fin de 1989, le Tribunal avait pris des mesures en vue de traiter les requétes en 
vertu de l’article 77 exclusivement par le truchement de demandes écrites. Les par- 
ties préfèrent ce genre de procédure étant donné que leur cas est ainsi traité plus 
rapidement que s’il était entendu en audience et qu'elles évitent ainsi les difficultés 
pouvant survenir lorsqu'une seule partie est en possession des documents faisant 
l'objet du litige. 


L'intégration du Service de réception des nouveaux dossiers au Bureau des conseil- 
lers juridiques du Tribunal devrait entraîner un traitement encore plus expéditif des 
cas en 1990. 


Audiences en français 


Le Tribunal dispose de deux jurys pouvant tenir des audiences en français. En 1989, 
le Tribunal a tenu sept audiences en français. Lorsque l'audience est tenue en fran- 
çais, la décision est communiquée en français, mais elle est aussi fournie en version 
anglaise sur demande. Le Tribunal a maintenant à son service une traductrice à plein 
temps qui est chargée, entre autres, de la traduction des documents en vue des au- 
diences en français. 


Statistiques comparatives sur 
la charge de travail 


| déc. 1988 Au 31 déc. 1989 


=20= 


TRAITEMENT DES CAS AU STADE POSTERIEUR A L’AUDIENCE 


Environ 20 pour cent des cas entendus en 1989 ont nécessité la quéte d’éléments de 
preuve supplémentaires après l’audience. Dans ces cas, les jurys estimaient que la 
preuve médicale était insuffisante ou qu'ils avaient besoin de renseignements conte- 
nus dans d’autres documents avant de pouvoir trancher la question en litige. Dans 
d’autres cas, les jurys en étaient venus à la conclusion qu'ils devaient obtenir d’autres 
arguments de la part des parties ou de la Commission avant de pouvoir rendre une 
décision en toute équité. 


Un membre du personnel du Bureau des conseillers juridiques du Tribunal est affec- 
té à la coordination du traitement des cas au stade postérieur à l'audience. En 1989, 
la coordonnatrice a eu recours plus souvent qu'auparavant à des enquêteurs du 
secteur privé pour obtenir les renseignements requis. Cette façon de procéder a per- 
mis de réduire considérablement le temps de traitement au stade postérieur à 
l'audience. 


Évidemment, le Tribunal notifie les parties avant d'obtenir des renseignements sup- 
plémentaires après l'audience, et il les invite à présenter leurs propres observations 
au sujet de la preuve ainsi obtenue. 


En 1989, le Tribunal avait à sa disposition 154 assesseurs médicaux qui avaient été 
nommés par décret en vertu du paragraphe 86h de la Loi. Les jurys pouvaient ainsi 
obtenir plus rapidement que par le passé les renseignements médicaux dont ils 
avaient besoin au stade postérieur à l'audience. 


RÉDACTION DES DÉCISIONS 


Le Bureau du conseiller juridique du président continue à revoir les ébauches des 
décisions. En 1989, ce bureau a retenu les services d’un autre conseiller à plein temps 
et d’un conseiller à temps partiel, ce qui porte leur nombre à quatre. Le rôle du 
conseiller, qui a été décrit dans des rapports antérieurs, a été quelque peu modifié. Il 
assiste davantage les jurys dans leurs recherches, en plus d'examiner les ébauches 
des décisions. 


Les jurys avaient convenu qu'ils tenteraient de communiquer leurs décisions dans les 
six semaines suivant la tenue des audiences, et ce, à compter de janvier 1989. Les cas 
plus complexes et les cas nécessitant la quête d'éléments de preuve supplémentaires 
au stade postérieur à l'audience n'étaient pas visés par cet objectif. En 1989, le 
Tribunal a communiqué 1 181 décisions. A la fin de 1989, le temps moyen de commu- 
nication des décisions (du moment où les jurys étaient prêts à rédiger à celui de la 
communication) était de 7,5 semaines, soit trois semaines de moins qu’en 1988. La ré- 
partition des cas par catégories révèle que les décisions relatives aux demandes 
relevant de dispositions particulières de la Loi ont été communiquées en moyenne 
4,8 semaines après l'audience et que les vice-présidents à plein temps ont communi- 
qué leurs décisions en dedans de 5,2 semaines en moyenne, ce qui est bien en deçà de 
l'objectif de six semaines visé pour la rédaction des décisions. Il s’agit aussi d’une 
amélioration de 27 pour cent par rapport à 1988. 


COMMUNICATION DES DÉCISIONS 


Le Tribunal a adopté un nouveau système pour communiquer ses décisions. Elles 
sont maintenant communiquées par le truchement du Service d’information dans les 
vingt-quatre heures suivant leur émission par le jury. 


24 = 


SERVICE D'INFORMATION 


BIBLIOTHÈQUE 


La bibliothèque fournit des services de documentation et de recherche au personnel 
du Tribunal et au grand public. Les renseignements documentaires sont obtenus au 
moyen d’une base de données maison et de bases de données externes, telles que 
Dialog, QL Systems, CAN/LAW et Westlaw. 


La bibliothèque est maintenant pourvue d’un comptoir de références biblio- 
graphiques facile à localiser qui permet de faire face à l'augmentation des demandes 
de renseignements de la part du public. De plus, le Service d’information a été inté- 
gré plus étroitement a la bibliothèque de façon à permettre aux préposés d’obtenir 
l’aide des avocats de ce service lorsqu'ils ont à répondre à des questions complexes 
sur le plan juridique. 


Le personnel de la bibliothèque a formé d’autres membres du personnel du Tribunal 
pour leur permettre de consulter la base de données maison. Toutefois, il place main- 
tenant l'accent sur l’utilisation du système WCAT ONLINE et assure des services de 
formation à cette fin. WCAT ONLINE est un système de recherche documentaire 
beaucoup plus puissant qui permet l'exécution de recherches poussées à partir du 
texte intégral de toutes les décisions du Tribunal. 


PUBLICATIONS 


Le division des publications publie des documents conçus en vue de faciliter la re- 
cherche portant sur les décisions du Tribunal et de faire connaître les formalités 
administratives du Tribunal. À la fin de 1989, le Tribunal avait élaboré un important 
projet de restructuration de ses publications. Ce projet de restructuration, qui doit 
être mis en oeuvre au début de 1990, prévoit le remplacement du Numerical Index of 
Decisions (index numérique des décisions) par une nouvelle publication intitulée 
Decision Digest Service (répertoire des fiches analytiques). 


Au cours de 1989, la division des publications est parvenue à réduire considérable- 
ment l'échéance de publication. Les sommaires des décisions sont actuellement 
rédigés dans la semaine suivant la communication des décisions. Une fois que le ré- 
pertoire des fiches analytiques sera publié, les publications intitulées Decision 
Summaries (sommaires des décisions), Keyword Index (index des mots-clés) et 
Annotated Statutes (statut annoté) seront mises à jour mensuellement plutôt que 
trimestriellement. Enfin, l'élimination des décisions en souffrance devant être 
publiées dans le WCAT Reporter (recueil des décisions-clés du Tribunal) a rendu cette 
publication plus actuelle. Le Decision Subscription Service (service d'abonnement aux 
décisions), qui était devenu redondant en raison des changements apportés, a été sup- 
primé à la fin de 1989. 


Quelques autres publications ont vu le jour en 1989. Le Keyword Guide (guide des 
mots-clés) a été compilé afin de permettre une recherche exhaustive de toutes les va- 
riantes possibles des termes pouvant être pertinents aux questions examinées. Cette 
publication s’avérera particulièrement utile vu les révisions qui devront être appor- 
tées au Keyword Index (index des mots-clés) comme suite à la proclamation de la 

Loi 162. Un feuillet intitulé Researching Workers’ Compensation Appeals Tribunal Deci- 
sions (à la recherche des décisions du Tribunal d'appel des accidents du travail) décrit 
les diverses publications et base de données du Tribunal et en explique l’utilisation. 
Enfin, la brochure intitulée Guide pratique du Tribunal d'appel des accidents du travail 
donne en langage simple un aperçu du rôle et des procédures du Tribunal. 


5 


La division des publications projette également la publication d’un bulletin (Gros plan 
sur le TAAT). Grâce à ce bulletin, le Tribunal sera en mesure de communiquer régu- 
lièrement avec les groupes qui s'intéressent à ses activités. 


Voici les publications offertes pour faciliter les recherches portant sur les décisions 


du Tribunal: 
© Decision Digest Service (répertoire e Section 15 Index (index 
des fiches analytiques) de l’article 15) 
° Master List of Decisions (liste °¢ Keyword Guide (guide des 
principale des décisions) mots-clés) 
° Keyword Index (index des e¢ WCAT Reporter (recueil des 
mots-clés) décisions-clés du TAAT) 


Le Tribunal offre aussi les publications suivantes: 


© Guide pratique du Tribunal d'appel © Compensation Appeals Forum 
des accidents du travail 
© Rapport annuel 
© Researching Workers’ Compensation 
Appeals Tribunal Decisions (a la re- 
cherche des décisions du Tribunal 
d’appel des accidents du travail) 


EQUITE SALARIALE 


La Loi sur l'équité salariale, qui est entrée en vigueur le 1™ janvier 1988, donnait aux 
employeurs du secteur public jusqu’au 1“ janvier 1990 pour établir un programme 
d’équité salariale. Le Tribunal a estimé qu'il convenait de suivre le programme 
d’équité salariale que la fonction publique de l'Ontario élaborerait pour ses employés 
non syndiqués. 


Le Tribunal a informé ses employés de cette décision en décembre 1989. Le pro- 
gramme adopté, qui a été rendu public au début de 1990, entraînera des rajustements 
salariaux pour environ 72 employés du Tribunal. 


Le programme de la fonction publique de l'Ontario permet au Tribunal de respecter 
l'esprit et la lettre de la Loi sur l'équité salariale en fournissant des paramètres de com- 
paraison entre les classes d'emplois détenus par des femmes et ceux détenus par des 
hommes. 


QUESTIONS FINANCIÈRES 


Au moment de publier ce rapport, les états financiers de l’année terminée le 
31 décembre 1989 n'avaient pas encore été soumis à l'examen des vérificateurs. 


Le Service de vérification interne du ministère du Travail procède actuellement à une 
vérification des affaires du Tribunal. Les vérificateurs externes qui ont examiné les 
états financiers de 1988 seront invités à vérifier les états de l’année terminée le 

31 décembre 1989. 


99 


État des dépenses 
au 31 décembre 1989 | aaa a 


Salaires et traitements 


1310 Salaires et traitements - heures normales 

1320 Salaires et traitements - surtemps 

1325 Salaires et traitements - travailleurs contractuels 
1510 Aide temporaire - gouvernement 

1520 Aide temporaire - agences de placement 


Total (salaires et traitements) 


Avantages sociaux 


2110 Régime de pensions du Canada 

2130 Assurance-chômage 

2220 Caisse de retraite des fonctionnaires 

2230 Fonds de rajustement, caisse de retraite des fonctionnaires 
2310 Régime d'assurance-maladie de l'Ontario 
2320 Régime d'assurance-maladie complémentaire 
2330 Régime de protection du revenu 

2340 Assurance-vie collective 

2350 Assurance dentaire 

2410 Indemnisation des accidents du travail 

2520 Prestations supplémentaires de maternité 
2990 Transfert d'avantages sociaux 


Total (avantages sociaux) 
Transports et communications 


3110 Messagerie et livraison 

3111 Interurbains 

3112 Téléphone - service, matériel 

3210 Affranchissement postal 

3610 Déplacements - repas et hébergement 

3620 Déplacements - avion 

3630 Déplacements - train 

3640 Déplacements - automobile 

3660 Déplacements - conférences et séminaires 
3680 Déplacements - participation aux audiences 
3690 Déplacements - programme de rayonnement 
3720 Déplacements - autres 

3721 Déplacements - vice-présidents et membres à temps partiel 


Total (transports et communications) 


LE. did 
néollue 3 ion 10 


Tout Da ag ogi wi r 










Budget D 
À M Lg 


(res ccm ARE 3 
43380 42580 


4 747,8 


0,0 
0,0 
0,0 
0,0 
. 0,0 
0,0 

0,0 
0,0 
0,0 
0,0 
OOF iF 

O De ty 


7402 


30,0 
15,0 
50/0 et SES 
60,01 Serie 
ALU 24% 
DOs Ds 


t quel 
RC aJewt 


| 
ru 


Services 


4124 Programme de rayonnement 
4130 Publicité - recrutement 

4210 Location - matériel informatique 
4220 Location - matériel de bureau 
4230 Location - fournitures de bureau 
4240 Location - photocopieur 

4260 Location - bureaux 

4261 Location - salles d'audience 
4270 Location - autres 

4310 Traitement de données 

4320 Assurance 

4340 Réceptions - hospitalité 

4341 Réceptions - location 

4350 Indemnisation des témoins 
4351 Signification des brefs et assignations 


4360 Indemnités journalières - vice-présidents et membres à temps partiel 


4410 Experts-conseils - services de gestion 

4420 Experts-conseils - conception de systèmes 

4430 Services de sténographie judiciaire 

4431 Experts-conseils - services juridiques 

4435 Transcription 

4440 Indemnités journalières des médecins (provisions/rapports) 
4460 Services de recherche 

4470 Impression des décisions, bulletins et brochures 
4520 Réparations et entretien - fournitures et matériel 
4710 Autres - y compris droits d'adhésion 

4711 Services de traduction et d'interprétation 

4712 Perfectionnement professionnel - droits de scolarité 
4713 Services de traduction en français 

4714 Autres dépenses reliées aux services en français 


Total (services) 

Fournitures et matériel 

5090 Projecteurs, caméras, écrans 

5110 Matériel informatique et logiciels 
5120 Ameublement et matériel de bureau 
5130 Machines de bureau 


5710 Fournitures de bureau 
5720 Livres, publications et rapports 


Total (fournitures et matériel) 
Total (dépenses de fonctionnement) 
Dépenses d’immobilisation 


Total 


05 








180,0 
8 763,7 
100,0 
8 863,7 


Dépenses 
1989 








8 497,4 





ANNEXE A 


ENONCE DU MANDAT, DES OBJECTIFS ET 
DE LA PRISE D'ENGAGEMENTS 


LE MANDAT 


L. mandat le plus fondamental du Tribunal est de s'acquitter de façon appropriée 
des obligations que lui confère la Loi sur les accidents du travail. 


Ces obligations sont d'ordre explicite et implicite. Les obligations explicites, soit 
celles qui définissent ce que le Tribunal doit faire, sont en général énoncées claire- 
ment et n’ont donc pas à être répétées ici. 


Les obligations implicites, soit celles qui déterminent le fonctionnement du Tribunal 
sont, par définition, sujettes à l'interprétation et au débat. Il est donc important que 
le Tribunal fasse connaître la perception qu'il a de ces dernières obligations. 


Comme le Tribunal les comprend, les obligations statutaires implicites peuvent être 
décrites en ces termes: 


1. Le Tribunal doit être compétent, impartial et équitable. 
2. Le Tribunal doit être indépendant. 
Cette indépendance se définit de trois façons: 


(a) Le maintien de transactions juridiques fondées rigoureusement sur la lettre 
du droit et l'indépendance à l'égard de la Commission des accidents du 
travail. 


(b) L'engagement de la part du président, des vice-présidents et des membres 
de ne pas se laisser influencer indûment par les opinions des employeurs 
ou des travailleurs. 


(c) L'engagement de la part du président, des vice-présidents et des membres 
de rester fermes devant la possibilité d’une désapprobation des autorités 
gouvernementales. 


3. Le Tribunal doit avoir recours à un processus judiciaire approprié. À ce titre, le 
Tribunal croit qu'un tel processus doit se conformer aux concepts fondamentaux 
suivants: 


u it é 6 iste, 
(a) Le processus doit être reconnu comme étant non antagoniste, dans le sens 
généralement donné à ce concept dans le contexte de la common law. 


(Contrairement aux cours de justice, le Tribunal n’a pas pour fonction de résoudre 
des différends entre des parties privées. L’interjection d’appel au Tribunal constitue 
une étape de l'enquête sur les droits et les prestations statutaires d’une personne vic- 
time d’une lésion professionnelle à l’intérieur du système d'indemnisation des 
travailleurs. 


a 


Il s’agit d’une étape à laquelle le travailleur ou l'employeur peut avoir recours mais 
pendant laquelle, comme au cours des étapes précédentes, c'est au système, et non au 
travailleur ou à l'employeur, qu'il incombe de déterminer ce que la Loi prévoit ou ne 
prévoit pas dans le cas d’un accident quel qu'il soit. 


Le fait que le système soit investi de la responsabilité première à cet égard est reflété 
par les mandats explicites d'investigation de la Commission et du Tribunal et par 
leurs obligations statutaires respectives de décider des cas en fonction de leur bien- 
fondé réel et de la justice. 


En termes juridiques, la procédure du Tribunal peut être dite “inquisitoriale” plutôt 
que “antagoniste”. 


En dépit de la nature non antagoniste ou inquisitoriale de cette procédure, les au- 
diences du Tribunal prennent normalement la forme d’audiences tenues dans le 
cadre d’une procédure antagoniste typique. En raison de ces caractéristiques essen- 
tiellement antagonistes, il est difficile pour le non-initié de saisir la nature 
fondamentale de la procédure du Tribunal. Cependant, la forme antagoniste d’au- 
dience reflète simplement le fait que le Tribunal reconnaît tacitement que la 
participation des parties permettra de répondre aux attentes entretenues à cet égard 
et s‘avérera également la façon la plus efficace et la plus satisfaisante pour les parties 
d'aider le Tribunal dans sa quête du bien-fondé réel et de la justice. 


Dans le cadre d’une procédure non antagoniste, l'engagement du Tribunal à l'égard 
des audiences, qui ont un format essentiellement antagoniste, est aussi appuyé par le 
concept d'audience dans le système juridique canadien. Le système juridique consi- 
dère que les principes d’impartialité et de loyauté dans les cas où l'audience constitue 
un droit, comme c’est le cas ici, sont tels qu’ils ne permettraient pas légalement, 
même dans le cadre d’une procédure non antagoniste, de s’écarter de la forme 
correspondant à la procédure antagoniste). 


(b) La nature non antagoniste de la procédure du Tribunal exige le respect des 
trois exigences particulièrement importantes qui suivent: 


(i) Les jurys d'audience du Tribunal doivent prendre toutes les mesures 
qu'ils estiment nécessaires pour se convaincre qu'ils possèdent, dans 
le cadre de toute affaire, toutes les preuves dont ils ont besoin pour 
être certains de pouvoir en juger le bien-fondé. 


(ii) Dans toute affaire, les questions en litige doivent être déterminées par 
les jurys d'audience et non dictées par les parties. 


(iii) Bien qu’elles soient réglementées et normalisées, les modalités 
d'audience doivent se prêter aux modifications spéciales que le jury 
considère nécessaires ou souhaitables dans le cadre de toute affaire 
particulière. Toute adaptation du genre doit, toutefois, permettre 
une audience équitable et refléter un souci profond d’intégrité dans 
l'application des règles et des règlements généraux du Tribunal qui 
contribuent, dans l’ensemble, à une procédure efficace et juste. 


(c) La procédure judiciaire doit être perçue comme étant efficace et équitable 
par les parties. 


Elle doit fournir aux parties une connaissance opportune des questions en cause, une 
bonne occasion de récuser ou d’étoffer la preuve examinée, de soumettre de nou- 
veaux éléments de preuve, de présenter leur point de vue et de manifester leur 
opposition à l'égard des points de vue exprimés par la partie adverse. 


=N7— 


(d) La procédure doit aussi étre percue par le Tribunal comme étant efficace. 


Elle doit fournir aux jurys du Tribunal les preuves, les moyens d’évaluer lesdites 
preuves et la compréhension des questions examinées afin qu’ils puissent juger en 
toute confiance du bien-fondé de chaque cas. 


(e) Le processus ne doit pas étre plus compliqué, réglementé ou solennel (et, par 
conséquent, pas plus intimidant pour les profanes) que ne l’exigent les 
besoins d'efficacité et d'équité. 


(f) Apres l'audience, le processus de prise de décision doit fournir le terrain à 
une prise de décision tripartite efficace et à l'élaboration soignée de déci- 
sions appropriées. 


Pour être appropriées, les décisions doivent être écrites et entièrement motivées. 

Elles doivent respecter le principe de la primauté du droit et répondre à des normes 
raisonnables et générales de qualité. Elles doivent se conformer à la lettre de la loi ap- 
plicable et tenir compte des autres décisions rendues par le Tribunal. Il faut en effet 
que l'objectif soit d'arriver à des conclusions semblables dans la résolution de litiges 
similaires. 


4. Bien qu’elle doive généralement se conformer à ce qui précède, la procédure de trai- 
tement des demandes d'autorisation d’interjeter appel, telles qu’elles se distinguent 

des appels, doit être soumise aux changements que peuvent prévoir les dispositions 
statutaires régissant chacune des différentes demandes. 


5. Le Tribunal doit tenir ses audiences et rendre ses décisions dans un délai aussi rai- 
sonnable que possible, compte tenu des contraintes découlant de la procédure qui 
précède. 


6. Le Tribunal doit faire en sorte que le public puisse consulter toutes ses décisions. 


7. Le Tribunal doit, dans la mesure du possible, offrir ses services en français et 
en anglais. 


LES OBJECTIFS 
Pour mener à bien son mandat, le Tribunal s’est fixé les objectifs suivants: 


1. Parvenir à un temps de traitement des cas, depuis l’avis d'appel ou la demande 
jusqu’au règlement définitif, d'une durée moyenne de quatre mois et maximale de 
six mois par cas, exception faite des cas particulièrement complexes ou difficiles. 


2. Fournir un système pouvant, dans la mesure du possible, lui permettre de remplir 
ses obligations statutaires implicites, quelles que soient l'expérience et les capacités 
du représentant du travailleur ou de l'employeur dans un cas particulier ou en dépit 
de la non-participation de toute partie ou de tout représentant. 


3. Procurer un environnement professionnel qui soit accueillant et compréhensif tout 
en étant positif et rassurant à tous les points de contact entre le Tribunal, les travail- 
leurs, les employeurs et leurs représentants. Cet environnement doit manifester un 
respect implicite de la part de tout le personnel et de tous les membres du Tribunal 
envers les buts et les motifs des travailleurs et des employeurs dont les cas sont sou- 
mis à l'examen du Tribunal et envers l'importance du travail qu’effectue le Tribunal 
en leur nom. 


Iie 


4. Maintenir un environnement qui soit stimulant pour les employés du Tribunal et 
qui leur offre des occasions de faire reconnaitre leurs mérites personnels, de se perfec- 
tionner et d’obtenir de l’avancement, dans une atmosphere de respect mutuel. 


5. Maintenir en tout temps un nombre suffisant de vice-présidents et de membres 
qualifiés, compétents, bien formés et motivés. 


6. Maintenir en tout temps une liste suffisante de conseillers médicaux compétents et 
motivés. 


7. Maintenir en tout temps un personnel de soutien administratif et professionnel qui 
soit à la fois qualifié, compétent, bien formé et motivé. 


8. Fournir aux vice-présidents, aux membres et au personnel les installations, le maté- 
riel et les services administratifs leur permettant de s'acquitter efficacement de leurs 
responsabilités tout en ayant la satisfaction d’un travail bien fait, à la hauteur de 

leurs aspirations professionnelles. 


9. Rémunérer les employés de manière équitable et concurrentielle en fonction de 
leurs responsabilités et de la nature de leur travail, tout en respectant les limites im- 
plicites découlant de l'obligation statutaire qu’a le président de suivre les directives 
administrative du gouvernement en ce qui a trait à l'établissement des catégories 
d'emplois, des salaires et des bénéfices marginaux. 


10. Entretenir des relations professionnelles constructives et appropriées avec le corps 
médical et ses membres, en général, et avec les assesseurs médicaux du Tribunal, en 
particulier. 


11. Entretenir des relations professionnelles constructives et appropriées avec la Com- 
mission, son personnel et son conseil d'administration. 


12. Entretenir des relations professionnelles constructives et appropriées avec le minis- 
tère du Travail et son ministre et avec tout autre organisme gouvernemental avec 
lequel le Tribunal est appelé à traiter de temps à autre. 


13. Renseigner le public et, surtout, les travailleurs, les employeurs ainsi que leurs 
groupements et représentants respectifs sur le Tribunal et son fonctionnement de 
manière à ce qu'ils puissent se prévaloir efficacement de ses services. 


LA PRISE D'ENGAGEMENTS 


En s’acquittant de son mandat et en poursuivant ses objectifs, le Tribunal a pu juger 
de l'importance d’un certain nombre de questions à l'égard desquelles il a pris des 
engagements formels. 


1. Le Tribunal prend l'engagement de garder ses enquêtes et ses travaux de prépara- 
tion aux audiences à l'écart de ses travaux de prise de décision. 


Il respecte cet engagement grâce à un service permanent composé d’un personnel à 
plein temps - le Bureau des conseillers juridiques du Tribunal (BCJT). La tâche du 
BCJT, en la circonstance, est d'effectuer les travaux d'enquête et de préparation aux 
audiences en suivant les directives générales du Tribunal. Lorsque lesdites directives 
générales semblent insuffisantes pour guider les travaux d'enquête et de prépara- 
tions pour l'audition d’un cas spécifique, le BCJT obtient des directives spéciales des 
jurys du Tribunal. Les membres desdits jurys sont alors exclus de l'audition et de la 
prise de décision dans le cas en question. 


De 


2. Le Tribunal s’engage à exercer un contrôle sur l'identification des questions en li- 
tige et à déterminer s’il y a assez d’éléments de preuve à l'étape préalable à 
l'audience. 


Étant donné que le Tribunal s’est engagé à garder ses travaux d'enquête et de prépa- 
ration aux audiences à l'écart de ses travaux de prise de décision, c’est le BCJT qui 
exerce ce contrôle, conformément à des directives qui lui sont transmises de la ma- 
nière expliquée ci-dessus. 


(Cet engagement n'exclut pas les variations stratégiques dans le degré de contrôle 
avant l’audience et la portée de l'initiative du BCJT dans la préparation des au- 
diences, en ce qui a trait aux différentes catégories de cas. Cet engagement permet 
aussi de ne pas soumettre certains cas peu compliqués au contrôle du BCJT.) 


Il est bien entendu que le rôle du BCJT avant l'audience ne diminue en rien les attri- 
butions et les obligations intrinsèques des jurys en ce qui concerne l'audience et le 
jugement de chaque cas. Il appartient aux jurys d'audience d'identifier les questions 
en litige; ils sont en droit, à mi-audience ou au cours des étapes ultérieures, d’entre- 
prendre et de superviser l'élaboration ou la recherche d'éléments de preuve 
supplémentaires, d'obtenir l'exécution d’autres enquêtes judiciaires et de demander 
la soumission d’autres renseignements lors de l'audience. 


3. Le Tribunal s'engage à se faire représenter par son propre conseiller juridique à 
toute audience quand il estime une telle représentation nécessaire ou utile. 


4. Le Tribunal s'engage à entretenir, dans ses travaux internes de prise de décision, 
une atmosphère de travail tripartite caractérisée par le respect mutuel et par une liber- 
té d'expression fondée sur l’impartialité et l'exercice du meilleur jugement de tous les 
membres de ses jurys. 


5. Le Tribunal s'engage à maintenir des programmes de formation internes favorisant, 
à l'échelle du Tribunal tout entier, la compréhension de la nature et des différents 
aspects des questions génériques, médicales et juridiques qui peuvent surgir. 


6. Le Tribunal s'engage à établir et à maintenir un service d’information et une biblio- 
thèque spécialisés dans le domaine de l'indemnisation des travailleurs. 


Ce service et cette bibliothèque deviendront une source efficace et suffisante de ren- 
seignements juridiques, médicaux et factuels sur l'indemnisation des travailleurs qui 
pourraient être difficiles à obtenir autrement. Ils permettront aux travailleurs, aux 
employeurs, au public, aux représentants professionnels ainsi qu'aux membres et au 
personnel du Tribunal d'obtenir les renseignements dont ils ont besoin pour bien 
comprendre le système d’indemnisation des travailleurs et les questions qu'il soulève 
et de se préparer à traiter lesdites questions dans le cadre de cas spécifiques. 


Ces renseignements seront facilement accessibles par le truchement de matériel élec- 
tronique et d’autres sources . 


7. Le Tribunal s'engage à créer un registre permanent de ses travaux, à le distribuer a 
grande échelle et à le rendre facilement accessible. 


Ce registre comprendra les décisions du Tribunal jugées les plus susceptibles d'aider 
les représentants des travailleurs ou des employeurs à comprendre, lors de la prépa- 
ration de leurs cas, les questions relatives à l'indemnisation des travailleurs et la 
position que le Tribunal est en train de prendre a cet égard. 


8. Le Tribunal s'engage a faire examiner les décisions des jurys par le président ou par 
le Bureau du conseiller du président avant de les communiquer . 


= 20 


Cet examen vise à assurer, dans la mesure du possible et compte tenu de l’autonomie 
prépondérante des jurys d’audience, que les décisions du Tribunal sont a la hauteur 
des critères de qualité adoptés par le Tribunal. 


9. Le Tribunal s'engage à faire tout son possible pour que ses décisions se conforment 
raisonnablement aux critères de qualité suivants: 


(a) Elles tiennent compte de toutes les questions pertinentes soulevées par les 
faits présentés. 


(b) Elles présentent clairement les preuves sur lesquelles le jury s’est fondé pour 
prendre sa décision. 


(c) Elles n’entrent pas en contradiction avec les décisions antérieures du 
Tribunal relativement aux questions juridiques ou médicales générales, à 
moins que le désaccord ne soit présenté explicitement et que ses motifs ne 
soient expliqués. 


(d) Elles présentent le raisonnement du jury de façon claire et compréhensible. 
(e) Elles répondent à des normes raisonnables de clarté. 


(f) Elles respectent les normes que le Tribunal s’est imposées quant a la forme 
des décisions. 


(g) Elles renferment une terminologie technique et juridique uniforme d’une 
décision à l’autre. 


(h) Elles s’insèrent de façon appropriée dans l’ensemble des décisions du 
Tribunal, ensemble de décisions qui doit être, autant que possible, cohérent. 


(i) Elles ne perpétuent pas de conflits à l'égard de questions non litigieuses 
de nature juridique ou médicale. De tels conflits, qui peuvent survenir 
pendant le développement de points litigieux, ne peuvent caractériser 
l’ensemble des décisions du Tribunal à long terme. 


(j) Elles se conforment aux lois applicables et à la common law et reflètent adé- 
quatement l'engagement du Tribunal envers la primauté du droit. 


(k) Elles contribuent à former un ensemble de décisions auquel il est possible 
d’avoir recours pour comprendre et se préparer à traiter les questions 
soulevées dans de nouveaux cas et pour se prévaloir de l'important prin- 
cipe selon lequel des cas de même nature devraient être traités de la même 
manière. 


10. Le Tribunal s'engage à obtenir, pour chacun de ses cas, toutes les preuves qui peu- 
vent être obtenues par des moyens raisonnables et dont les jurys peuvent avoir 

besoin pour assurer la justesse de leurs décisions quand il s’agit de questions médi- 
cales ou factuelles. 


11. Le Tribunal s'engage à tenir les audiences qui ont lieu hors de Toronto dans des 
lieux appropriés. 


Ainsi, les cas provenant de l'extérieur de Toronto devraient être entendus dans des 
lieux convenant autant que possible au travailleur et à l'employeur. Cet engagement 
sera respecté dans la mesure où il n’entrainera pas de frais de déplacement des mem- 
bres du Tribunal ou de frais administratifs tels qu'ils nuiraient au bon 
fonctionnement du Tribunal. 


ne Le 


12. Le Tribunal s'engage a prendre en charge les dépenses engagées par les personnes 
qui participent a ses audiences et a leur verser des indemnités de perte de salaire 
conformément aux lignes directrices de la CAT en ce qui concerne la participation 
aux affaires qu’elle instruit. 


13. Le Tribunal s'engage a payer les rapports médicaux jugés utiles lors des affaires 
qu’il instruit. 

14. Le Tribunal s'engage à administrer ses dépenses en faisant preuve d’un sens de 
responsabilité financière de manière à ne dépenser que les fonds nécessaires à l’exécu- 
tion de son mandat et à l'atteinte de ses objectifs. 

Ce document reflète la compréhension que le Tribunal a acquise de son mandat, de 


ses objectifs et de sa prise d'engagements depuis sa création’. Le Tribunal a approu- 
vé le libellé des présentes le 1° octobre 1988. 


La seule exception est l'objectif n° 1. Le temps de traitement visé était initialement de six mois. 


SD. 


ANNEXE B 





VICE-PRESIDENTS ET MEMBRES EN FONCTION EN 1989 


PLEIN TEMPS 


Président 
Ellis, S. Ronald 
Présidente suppléante 
Bradbury, Laura 
Vice-présidents 


Bigras, Jean Guy 
Bradbury, Laura 
Carlan, Nicolette 
Kenny, Lila Maureen 
McIntosh-Janis, Faye 
_Moore, John P. 
Onen, Zeynep 
Signoroni, Antonio 
Starkman, David K.L. 
Strachan, Ian J. 


Membres représentant les travailleurs 


Cook, Brian 

Fox, Sam 

Heard, Lorne 
Lebert, Raymond J. 
McCombie, Nick 
Robillard, Maurice 


Membres représentant les employeurs 


Apsey, Robert 

Jago, W. Douglas 
Meslin, Martin 
Nipshagen, Gerry M. 
Preston, Kenneth 
Séguin, Jacques 
Guillemette, Karen 


TEMPS PARTIEL 
Vice-présidents 


Aggarwal, Arjun 
Chapnik, Sandra 
Farb, Gary 

Faubert, Marsha 
Friedmann, Karl 
Hartman, Ruth 

Lax, Joan L. 
Leitman, Marilyn 
Marafioti, Victor 
Marcotte, William A. 
Marszewski, Eva 
McGrath, Joy 
Sperdakos, Sophia 
Stewart, Susan L. 
Swartz, Gerald 
Torrie, Paul 
Warrian, Peter 
Wydrzynski, Christopher 


DATE DE LA PREMIERE NOMINATION 


1% octobre 1985 


1° juin 1988 


14 mai 1986 

1% octobre 1985 
1™ octobre 1985 
29 juillet 1987 
14 mai 1986 

16 juillet 1986 
1™ octobre 1988 
1% octobre 1985 
17 août 1988 
1% octobre 1985 


1™ octobre 1985 
1% octobre 1985 
1™ octobre 1985 
1°" juin 1988 

1% octobre 1985 
11 mars 1987 


11 décembre 1985 
1™ octobre 1985 
11 décembre 1985 
1% octobre 1988 
1™ octobre 1985 

1™ juillet 1986 

28 mai 1986 


14 mai 1986 

11 mars 1987 

11 mars 1987 

10 décembre 1987 
17 décembre 1987 
11 décembre 1985 
14 mai 1986 

17 décembre 1987 
11 mars 1987 

14 mai 1986 

14 mai 1986 

10 décembre 1987 
14 mai 1986 

14 mai 1986 

11 mars 1987 

14 mai 1986 

14 mai 1986 

11 mars 1987 


38 — 


Membres représentant les travailleurs 


Acheson, Michelle 
Beattie, David Bert 
Byrnes, Frank 
Drennan, George 
Felice, Douglas H. 
Ferrari, Mary 
Fuhrman, Patti 
Higson, Roy 
Jackson, Faith 
Klym, Peter 
Lankin, Frances 
Rao, Fortunato 


Membres représentant les employeurs 


Clarke, Kenneth 
Gabinet, Mark 
Howes, Gerald K. 
Jewell, Donna Marie 
Kowalishin, Teresa A. 
Merritt, Allen S. 
Ronson, John 

Séguin, Jacques 
Shuel, Robert 
Sutherland, Sara 


11 décembre 1985 
11 décembre 1985 
14 mai 1986 

11 décembre 1985 
14 mai 1986 

14 mai 1986 

14 mai 1986 

11 décembre 1985 
11 décembre 1985 
14 mai 1986 

11 décembre 1985 
11 février 1988 


1° août 1989 

17 décembre 1987 
1% août 1989 

11 décembre 1985 
14 mai 1986 

18 octobre 1988 
11 décembre 1985 
1° juillet 1986 

1% août 1989 

17 décembre 1987 


Suit une liste du personnel cadre au service du Tribunal au cours de 1989. 


Conseillère juridique du président 
Carole A. Trethewey 
Avocates générales du Tribunal 


Elaine Newman 
Eleanor J. Smith 


Avocate générale intérimaire 
Janice Sandomirsky 

Directeur général 

Robert A. Whitelaw 

Chef du Service d’information 
Linda Moskovits 


jusqu’au 15 juin 1989 
à compter du 1% décembre 1989 


du 16 juin au 30 novembre 1989 


jusqu'au 30 juin 1989 


CHANGEMENTS AU SEIN DU PERSONNEL CADRE 


L’avocate générale du Tribunal, Elaine Newman, a démissionné de son poste le 

16 juin 1989 pour se lancer dans une carrière en pratique privée. Janice Sandomirsky, 
conseillère juridique principale du Bureau des conseillers juridiques du Tribunal, a 
assumé les fonctions d’avocate générale pendant qu'un comité de sélection interne 
procédait au recrutement d’un nouveau titulaire pour le poste. Eleanor J. Smith est 
entrée en fonction au poste d’avocate générale du Tribunal le 17 décembre 1989. 
Avant de se joindre au Tribunal, Eleanor assumait les fonctions de directrice des 
appels au ministère du Travail. À ce titre, elle entendait et jugeait tous les appels 
interjetés contre les décisions rendues par le ministère en vertu de la Loi sur la santé et 
la sécurité au travail. Auparavant, Eleanor avait acquis l'expérience du droit adminis- 
tratif dans le secteur de l'énergie, auprès de la fonction publique. 


Le directeur général du Tribunal, Robert Whitelaw, a démissionné de son poste le 
30 juin 1989 pour accepter un poste au sein du gouvernement de la 
Colombie-Britannique. Le Tribunal a alors décidé de ne pas combler ce poste et de 
tirer parti de l’occasion qui s’offrait pour mettre à l’épreuve une nouvelle structure 
hiérarchique en déléguant aux cadres les responsabilités antérieurement assumées 


oes 


par le directeur général. L'expérience n’a pas encore permis de déterminer s’il 
conviendrait d’abolir le poste de directeur général. Nous devrions étre en mesure de 
prendre une décision a ce sujet vers la fin de 1990. 


CONSEILLERS MEDICAUX 


Les conseillers médicaux continuent a assister le Bureau des conseillers juridiques. 
Ils aident à déterminer s’il convient de mener des investigations médicales supplé- 
mentaires pour fournir aux jurys tous les renseignements nécessaires a la 
compréhension de la preuve qui leur est soumise ainsi que des sujets et des sources 
de controverse d’ordre médical. 


Ils participent encore a la sélection des candidats a la liste des assesseurs médicaux 
du Tribunal. En outre, ils ont effectué de nombreux travaux de recherche génériques 
ou contribué a leur réalisation en trouvant les spécialistes voulus parmi les médecins 
inscrits sur la liste des assesseurs du Tribunal. 


Le D’ Brian Holmes (se reporter à la page 21 du Deuxième rapport), qui coordonnait 
auparavant les activités des conseillers médicaux, a pris un congé autorisé pour 
accepter un poste de vice-chancelier des sciences médicales à l’université des Émirats 
arabes unis. L’un des premiers conseillers médicaux du Tribunal, le D" Holmes a 
joué un rôle déterminant dans la formation du corps médical de soutien. 


Le D’ Thomas P. Morley exerce maintenant les fonctions de chef de file qui relevaient 
précédemment du D" Holmes. 


Le D’ Ian Macnab, orthopédiste, a démissionné de son poste en 1989 pour des raisons 
personnelles. Nous lui savons gré de l’enthousiasme qu'il a manifesté et de l’aide 
qu'il a apportée en vue de favoriser une meilleure compréhension des questions re- 
liées à son domaine de spécialité, surtout pendant les premières années d’existence 
du Tribunal. 


Le D'W.R. Harris, un des assesseurs nommés en vertu du paragraphe 86h de la Loi, 
assume le rôle d’orthopédiste-conseil ad hoc. Ses autres responsabilités ne lui per- 
mettent pas d'exercer officiellement ce rôle pour le moment. 


Ces départs ont réduit à sept le nombre des conseillers médicaux du Tribunal. En 
voici la liste: 


D' Douglas P. Bryce Otolaryngologie 

D' John S. Crawford Ophtalmologie 

D' W.R. Harris Orthopédie (intérimaire) 

D’ Fred Lowy Psychiatrie 

D' Robert L. MacMillan Médecine interne 

D' Thomas P. Morley Neurologie 

D’ Neil Watters Chirurgie 
ASSESSEURS 


Comme il est indiqué dans le Deuxième rapport, une seconde liste d’assesseurs plus 
complete avait été dressée en octobre 1988. Il y avait alors 154 assesseurs un peu par- 
tout dans la province. Neuf médecins ont depuis été rayés de cette liste, pour cause 
de retraite dans la majorité des cas. Quatorze médecins sont présentement en voie 
d’être nommés assesseurs et devraient bientôt être inscrits à la liste. 


L'an 


RENOUVELLEMENT DE MANDATS 


En 1989, les vice-présidents et les membres énumérés ci-après ont obtenu le renouvel- 
lement de leur mandat pour la période indiquée. 


Nom Date du renouvellement Durée du mandat 
PLEIN TEMPS 
Vice-présidents 


Bradbury, Laura! 1% octobre 3 ans 
MclIntosh-Janis, Faye 14 mai 3 ans 


Membres représentant les employeurs 


Guillemette, Karen 14 mai 3 ans 

Nipshagen, Gerry” 15 juin 3 ans 

Séguin, Jacques 1 juillet 6 mois (plein temps) 
2,5 ans (temps partiel) 

Cook, Brian 1™ octobre 3 ans 


TEMPS PARTIEL 


Vice-présidents 

Lax, Joan 14 mai 2 ans 
Marcotte, William 14 mai 2 ans 
Sperdakos, Sophia 14 mai 3 ans 
Stewart, Susan 14 mai 3 ans 


Membre représentant les employeurs 


Kowalishin, Teresa 14 mai 3 ans 


Membres représentant les travailleurs 


Felice, Douglas 14 mai 3 ans 
Ferrari, Mary 14 mai 3 ans 
Fuhrman, Patti 14 mai 3 ans 
Klym, Peter 14 mai 3 ans 


EXPIRATION DE MANDATS ET DEMISSIONS 


Suit une liste des membres qui ont démissionné ou dont le mandat a expiré pendant 
la période visée par le présent rapport. 


Arjun Aggarwal, vice-président (temps partiel) 

Frank Byrnes, membre représentant les travailleurs (temps partiel) 

Karen Guillemette, membre représentant les employeurs (plein temps) 

Eva Marszewski, vice-présidente (temps partiel) 

Allen S. Merritt, membre représentant les employeurs (temps partiel) 

Paul Torrie, vice-président (temps partiel) 

Peter Warrian, vice-président (temps partiel) 

I En plus de ses taches de vice-présidente, Laura Bradbury continue a assumer des fonctions de 
direction a titre de présidente suppléante 

2 Gerry Nipshagen avait d'abord été nommé membre à temps partiel représentant les 
employeurs. Il a été nommé membre à plein temps en juin pour combler le poste laissé vacant 


par le départ de Karen Guillemette 


= Oi 


CURRICULUM VITAE DES NOUVEAUX 
VICE-PRESIDENTS ET MEMBRES 


NOMINATIONS RECENTES 
Kenneth Clarke (membre a temps partiel représentant les employeurs) 


M. Clarke exploite son propre cabinet d’experts-conseils en ressources humaines 
(pour les affaires non reliées a l’indemnisation des travailleurs victimes d’accidents 
du travail). Il avait auparavant exercé les fonctions de directeur des ressources hu- 
maines dans l’industrie alimentaire, plus précisément auprès de la compagnie 
Thomas J. Lipton Inc. A ce titre, il était responsable des questions relatives aux rela- 
tions industrielles. Il est présentement membre du comité consultatif des affaires 
gouvernementales de l'association du personnel de l'Ontario. 


Gerald K. Howes (membre à temps partiel représentant les employeurs) 


Avant d’être nommé comme membre à temps partiel, M. Howes avait travaillé pen- 
dant 32 ans pour la compagnie General Motors. Au moment de prendre sa retraite, il 
y occupait le poste de représentant de la compagnie pour les cas d'indemnisation des 
accidents du travail. À ce titre, il a représenté General Motors à toutes les instances 
d'appels, de la première à celle du commissaire d'audience, et ce pendant la majeure 
partie de la période allant de 1972 à 1988. 


Robert Shuel (membre à temps partiel représentant les employeurs) 


De 1980 à 1989, M. Shuel était directeur et secrétaire-trésorier de Cuddy International 
Corporation. En plus de voir à l'administration du personnel, il participait à l’évalua- 
tion et au traitement des demandes d'indemnisation des travailleurs victimes 
d'accidents du travail. Il a aussi été responsable de l'indemnisation des travailleurs 
et de la gestion des demandes pour une compagnie de construction ayant son siège à 
Windsor, où il était directeur de la paye. M. Shuel a aussi joué un rôle d’éducateur 
en matière d'indemnisation des travailleurs auprès du conseil des employeurs 
agricoles. 


Le lecteur trouvera à l'annexe B du Troisième rapport un abrégé du curriculum vitae 


des vice-présidents et membres à plein temps et à temps partiel nommés 
antérieurement. 


a 


ay ay RAR 
dt SR dass € 
oe end 5 HR RON x He 
A PE junte ue 
ae PO ER “A 


eh 
9 


4 
5 
RIDER NT F 
pez ra, ederim a See À 
a eet Ad h 
eS Mt s 
a1 hs ES Re Y “pty A 
Area: as CHEF ALICE 
EU RAR 
ROUES 


boys Med Ort fu aru 
ry 


à oe 
HEP MG RH 
te da AI 


eee i ‘ ay x 
' ELS on 
ss ae fs A rer 
: 


Figs RE 
fr 


f x 
AE ee la 4 
bi Ore AE 


Ne FD 
Ee tigre APTE) 
ies sy ys APE Ee) 


es eee 
ARTE 
se { $it 


4 


AMEL yi a“ 
RUN We, 


She ‘ 


NOUS 


ui 
ck} aE % 
OR AE LE 
NAT RN 
MAP 


NAN 
x RES 
4 : 


jus 
NES A 

DE 
sr. (4 


RACE ARR 


nu CODES ps AT Fax 
cor 

3 

LL 
HW AMEN 


DO AIO RER) 
DUREE 


Patate ch! 
ee 


RMS 
VaR ON Lt 4 

vant LEVANT CA WAVY Ghee ‘ot, DC RRC AUIONS 
SOON une Eee it tS e 
> D a 
out 


Ath ” 
LA eri elit Sth